Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 11:40

Ce matin, je pensais à ce blog et à ma paresse à le nourrir en ce moment. Eh oui, mon blog me fait penser aux animaux que je dois nourrir - parfois c'est très plaisant, très gratifiant, de donner à manger aux autres : le chat ronronne, le chien me regarde avec ses yeux humides, les poules se précipitent, ces connards de moutons arrivent en entendant les grains dans la gamelle, la petit ânesse se rapproche, pour manger sa carotte, jusqu'à me laisser la caresser... D'autres fois, c'est une corvée faite mécaniquement, et vlan que je te fiche les croquettes dans les écuelles, et zou que je balance le grain par-dessus la clôture, et hop que je t'envoie le chien sous la table pour qu'il arrête de me bouffer la moitié de mes petits Lus (eh oui, le matin moi c'est petits Lus et compagnie), bref, parfois je nourris ce blog en pensant sérieusement le refourguer à la SPA des blogs.

 

D'autant qu'internet, censé abolir les distances, permettre des rencontres fabuleuses, ouvrir de nouveaux horizons et te gorger d'informations et de savoir, durcit encore plus les rapports humains, je trouve. C'est la loi de l'offre et de la demande : quand, dans les temps reculés où nos grand'mères trimaient du matin au soir dans un périmètre de 3 km, les différentes circulations étaient réduites au minimum, non seulement on avait évidemment tendance à sourire au colporteur, mais encore on écoutait   avidement les histoires des voisins,  on était  contents quand il se passait quelque chose près de chez soi, on était preneurs, avec appétit, quoi... Maintenant, avec internet, on est plus exigeant, plus dur avec ce qui vous est proche - on en a moins besoin. Le sourire se fait rare, quand le clic se multiplie, quoi. Et puis les portables ! Désormais, tu peux être assis à une table, ton voisin participera à la conversation mais, en même temps il tapotera toutes les deux secondes ses SMS - à croire que le vieux rêve de l'ubiquité se transforme en cauchemar communicationnel.

Bon, je dis ça mais je ne suis pas objective, hein. Ca se trouve,  un de ces quatre , je vais te concocter de la gastronomie bloguesque telle que mes internautes visiteurs me regarderont eux aussi avec des yeux humides. Mais  en ce moment,  disons que je m'autorise du surgelé, voilà. Et encore. Pas sûr que je descende ouvrir le congélo à la cave... 

 

PS : le dernier Chevillard est très bien. 

 

 


Partager cet article

commentaires

Anne Lancelot 16/09/2012 08:23


En tout cas , dire que Chevillard "passe à la mitraillette des écrivains peu connus" est une contre-vérité, tout simplement, un mensonge. Citez-en un seul ? Par ailleurs, avez-vous lu son dernier
livre, qui vous "semble" si mauvais ? (moi, pas encore). Au moins Chevillard lit les livres qu'il éreinte, il les cite abondamment, il argumente et fait la preuve de ce qu'il avance. Puis, encore
une foir, il défend au moins cinq livres pour un qu'il critique durement. Pour ce qui est de ne pas vivre dans le même monde que moi, cher Monsieur, hélas si, et c'est bien ce qui est si
navrant...

la bacchante 16/09/2012 08:08


Dommage que je ne sache pas ronronner...

Paul Edel 15/09/2012 23:38


anne lancelot, si vous saviez comme je me moque des auteurs albin michel . je n'ai pas ce genre  de "confraternité" que vous me pretez.. je prefère  lire et juger  les textes
plutot que de considerer  le nom de l 'éditeur mais votre remarque  décrit assez bien votre genre de préoccupation et de fonctionnement, ,nous ne vivons pas,visiblement, dans le même
monde..

lizagrèce 15/09/2012 22:37


En tous cas je trouve ce billet  de rentrée très frais .


http://maisondeliza.over-blog.fr http://lizathenes.canalblog.com


 

Anne Lancelot 15/09/2012 19:25


Ne cherchez pas les raisons de l'animosité de Paul Edel envers Chevillard. C'est un auteur Albin Michel et celui-ci a esquinté avec brio Eliette Abecassis et Eric Neuhoff qui publient chez ce
même éditeur... Chevillard s'en donne à coeur joir quand il éreinte un mauvais livre, c'est vrai, mais ce sont toujours des écrivains vedettes. La plupart de ses chroniques sont vouées à la
défense de livres méconnus. (je parle en connaissance de cause, je consacre mon mémoire aux textes critiques de Chevillard)

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives