Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 12:38

Ceci est un appel à tous les rêveurs, les divagueurs, les idéalistes, les aboyeurs à la lune et les porteurs d'espoir. Ceux qui veulent croire en des trucs comme l'Europe, le Partage, l'Humanité, le Droit d'Asile et la Générosité...

 

 

Je n'oublie jamais que "le rêve, c'est le luxe de la pensée" (Jules Renard);

 

 

Et interdisons toujours d'interdire, boljemoï !!!  

 

don-quichotte.jpg

21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:25

Un truc pénible, sur les liseuses, c'est qu'au fur et à mesure de vos chargements, la machine tire une sorte de portrait de l'acheteuse que vous pourriez être (avec moi, faut mettre au conditionnel, parce qu'à part Boucheron et Chevillard, j'ai encore rien acheté, et pourtant j'ai téléchargé comme une malade !) et du coup, elle se permet de vous conseiller.

 

Sisisi.

 

Ma liseuse me dit à moi ce que j'aimerais sûrement lire.

 

Et pas avec des longs discours ou des analyses, hein. Les Assouline, les Paul Edel peuvent bien aller se rhabiller. On recommande, on zoome sur la couverture du bouquin, et basta.

 

Le programme est tellement bien fait que les livres recommandés sont FORCEMENT attirants pour vous, de mystérieuses nouveautés qui vont tant vous correspondre...

 

Ainsi, tenez, ma liseuse, en se basant donc  sur ma bibliothèque, me propose à chaque fois que je l'ouvre d'acheter la Recherche du Temps Perdu. Elle insiste !

 

C'est-y pas beau ? Elle a trouvé cela toute seule...

 

Quelle andouille.

 

A moins que ce ne soit moi...

6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 11:57

C'est vrai, quoi, un (ex) président du FMI qui croit dur comme fer à la gratuité, perso je trouve ça beau. Ca se trouve,  il ne supporte pas la pauvreté non plus, il doit se battre comme un lion contre toutes les injustices et il est prêt à faire payer les exploiteurs d'enfants... Ca se trouve....

 

Parce que, quand même, présenter comme ligne de défense devant un tribunal qu'on est tellement niais qu'on se sait pas reconnaître un service payant, qu'on croit que les jeunes femmes qui s'affairent autour de vous  sont simplement "libertines", ben c'est un peu comme croire au père Noël ou bien vivre chez Disney.

 

Je vous propose donc de faire un comité de soutien à la naïveté, et à la belle croyance en la gratuité de notre DSK hélas national...

 

(Et ça se trouve, Dodo la saumure va entrer aux compagnons d'Emmaüs, tant qu'on y est)

5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 11:51

Parce que, quand même ! La fantastique pub pour la "box home" de SFR est, à mes yeux, une étape essentielle franchie... dans l'asservissement féminin !

 

Voilà : ça se passe au boulot, déjà. Oh, bien entendu, un chouette boulot, puisque l'héroïne peut se permettre de poser son cul (joli, le cul, et bien habillé...) sur la table de réunion. Y'a bien un petit souci : c'est tard le soir. Notez que ça ne se voit pas sur la tronche de l'héroïne, hein : fraiche comme le jour !

 

L'orage éclate au-dehors. Le souci n'est évidemment pas de se prendre la flotte dessus, hein. Non, il est ailleurs : à la maison...

 

Notre héroïne comprend de suite, en voyant l'orage, que d'un, son petit n'enfant va avoir peur, et que deux, son mec est en train de roupiller devant la télé ouverte.

 

MAIS GRACE A LA FANTASTIQUE BOX HOME DE SFR, elle te va me gérer tout ça TOUT EN BOSSANT DITES DONC !

 

EH OUI, plus aucun souci ! Je te pilote la baraque en deux coups les gros  hop, un bouton, et le petit n'enfant entend une zolie berceuse qui l'empêche de se réveiller. Hop, un autre clic, et la télé s'éteint, ce qui réveille le père inconséquent...

 

Ben voilà. On en est là. Donc, si  t'es une femme moderne, tu bosses comme une malade jusqu'à 23 heures, et tu arrives en même temps à bercer ton môme et faire des reproches à ton mec (qui lui est vautré devant l'écran, quel père incompétent dites donc).

 

Et en plus, t'es jolie, tu souris, et tu ne sens pas sous les bras....


Mais comment, comment, COMMENT en est-on arrivé là ? Et pourquoi les nénettes qui voient ça ne pianotent pas sur le bouton adéquat, pour faire péter la télé et la pub qu'li y a dedans, hmmmm ?

23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 21:08

J'ai bien peur  que la France, le dimanche 11 janvier, n'ait en réalité incarné Pyrrhus  : vous savez,  le roi grec  qui s'écriait : "Encore une victoire comme celle-là, et nous sommes perdus"...

 

Car je trouve que la réaction nationale qui a suivi l'attentat terroriste, qui était censée démontrer notre courage et notre détermination, n'a finalement servi que de prétexte à la lâcheté ordinaire : une exposition sur les dessins de Charlie Hebdo devait avoir  lieu au musée Hergé. Elle est annulée, "à cause des risques d'attentats"

 

!!!

 

14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 13:03

Voici ce que j'ai envoyé à l"'instant  à Libé/Charlie :

 

Bonjour tout le monde, aux Libé et aux CHARLIE.

Hier, j'ai envoyé un message ici même, gentiment provocateur (à mon sens), parce que quand même : nous les abonnés "historiques" de Charlie, nous qui avions répondu par de modestes dons à l'appel des dernières semaines, notre petit don est désormais noyé dans la manne de pognon qui, depuis ce matin, se déverse de partout...

Faut nous comprendre, nous, les abonnés canal historique. C'est quand même ironique, de s'être fendus d'une somme le 4 janvier (100 euros pour être précis, on roule pas sur l'or forcément quand on est un lecteur de Charlie depuis 40 ans !) alors que désormais, z'en ont plus vraiment besoin...

Mais ma démarche d'hier , pour ironique qu'elle soit, (je demandais à "être remboursée", en tentant d'être drôle...) ne me convenait pas.

En fait, ce n'est pas "être remboursée" que je veux. C'est avoir un tout petit tantinet d'existence, nous les minuscules grains qui, comme les Charlie, avons été proprement noyés dans la déferlante, et que notre pognon soit utile, parce que c'était pour ça qu'on l'avait envoyé... "avant"...

ALORS J'AI TROUVE ET CECI EST UN APPEL A LA REDACTION DE CHARLIE

Je trouverais VACHEMENT BIEN que les abonnés historiques de Charlie, ceux qui ont TOUJOURS répondu présents quand il fallait soutenir financièrement le journal, soient un peu "sortis du lot" commun des donateurs d'"après". Nous, on en avait certes pas besoin de l'"après"...

ALORS tous  les abonnés  qui ont donné en novembre, décembre, un peu de pognon pourraient transformer leur don à Charlie en don à la discrétion de LUCE LAPIN,
D'une pierre deux coups : nos dons surnagent ainsi de la manne actuelle,  et ça fait plaisir à LUCE LAPIN.

En plus, y'a que les habitués qui savent qui est LUCE LAPIN, et à quoi elle va utiliser ce pognon !

ELLE EST PAS BELLE MON IDEE ?

SISISI

En tout cas, MERCI DE LA TRANSMETTRE, perso je vais la mettre sur mon blog et sur facebook (mais bon, y'a 50 pleupleus qui me suivent, alors...)

DONC nous soussignés les TROUILLEFOU, abonnés et  donateurs d'une somme de 50 euros chacun, en décembre et le 5  janvier 2014 à l'ordre de CHARLIE HEBDDO, demandons que ce don soit transféré AUX BONS SOINS DE LUCE LAPIN;
FAIT A BEAUBEC LA ROSIERE POUR SERVIR ET VALOIR CE QUE DE DROIT
(c'est pas beau, le vocabulaire administratif, hein ?)

10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 13:38

J'aurais préféré qu'on attrape les tueurs vivants... Mais cependant, il y a du bon dans leurs morts. C'est qu'ils ont certainement cru mourir en bon djihadistes de base, à savoir les armes à la main, ce qui leur ouvrait les portes du paradis et leur garantissait la prime de fin d'année  de vie : à savoir la bonne grosse séance de baise avec  72 vierges (*).

 

Et bien  là, à l'heure où je vous parle, ils se la mettent grave sur l'oreille...

 

(*) :  bien entendu, le nombre ne peut compenser l'inexpérience, c'est  moi qui vous le dis  (sourire) !!!

7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:07

 

LA LIBERTE L'INTELLIGENCE ET L'INSOLENCE SERONT TOUJOURS LES PLUS FORTES

 

DONC VIVE CHARLIE HEBDO

 

ET MON COEUR SAIGNE POUR TOUTES LES VICTIMES DU FANATISME

 

 

RASSEMBLEMENT CE SOIR 18 H

PLACE DE L'HOTEL DE VILLE  A ROUEN

 

BEAUBEC PRODUCTIONS Y SERA

 

!!!

 

25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 19:38

J'ai balancé ce message sur un forum qui permet aux acquéreurs de "Kobo" (la mienne est la petite dernière, la KOBO AURA H20) de tenter de s'entraider...

 

Voici :

Bon sang on FRISE LA CRISE DE NERFS à la maison… Tout ça parce que mes yeux fatigués ne me permettent plus de lire facilement la nuit… Alors j’ai eu l’idée géniale de demander au père Noël (c’est-à-dire mon compagnon que nous appellerons “Clopin”) de m’offrir une liseuse.

J’avais discuté à droite à gauche là autour. On m’avait dit d’éviter la liseuse FNAC, qui ne donnait accès qu’au catalogue “Fnac”, contrairement à la liseuse AMAZON qui donne accès à plus de livres (notamment tous les auteurs auto-édités… ah là là).

Oui, mais la KOBO sortait gagnante des tests de consommateurs, notamment au niveau luminosité et confort de lecture

j’ai donc eu une kobo dans mes petits souliers. Le problème, c’est que depuis, je ne les quitte plus, mes souliers, même que j’ai de fort grosses ampoules…

parce que, dans le paquet cadeau RIEN n’indiquait qu’il fallait aller chercher, sur l’ordi, les sites “kobo” -qui pullulent d’ailleurs, on ne sait pas sur quoi cliquer exactement, et après, laborieusement, tenter de comprendre comment ça se passe entre la connection wi-fi, ou la connection par câble, l’installation de logiciels comme “adobe digital édition”, et autres.

Sans rire j’en ai pleuré de rage – tellement on se sent c… et désarmé devant la jungle au sabir franco-américain dans laquelle vous devez avancer, sans machette (ce qui vaut mieux car avec machette, la liseuse y serait passée !!!)

bref j’ai fait le numéro 0800 915 740 – je suis tombée sur “Zakaria” qui a bien senti l’énervement dans ma voix (ça faisait trois heures que je merdais grave, et que je m’engueulais avec Clopin là autour…)

Ca a été un peu mieux MAIS j’ai tout plein de questions du style : on me dit qu’il faut que j’éjecte ma liseuse avant de retirer le câble qui la relie à l’ordi, pour la “synchroniser” avec le “kobo desk” (pfffff….) , et pour ce faire, on m’indique que je dois cliquer sur une icône (un triangle sur un poteau).

Nulle trace de l’icône, ni sur l’ordi, ni sur la liseuse ???

On me dit de télécharger “adobe digital edition”, en suivant un lien, qui me mène bien sur une page “adobe digital edition”, mais où est la barre, ou l’icône, ou l’endroit où il faut cliquer pour télécharge ce p… de b… de logiciel dont je ne sais toujours pas à quoi il sert, sinon à télécharger des livres en PDF – c’est-à-dire tous les livres qui ne sont PAS dans la collec “kobo”…

La galère !!!

A part ça, j’apprécie fortement : qu’on me conseille la bibliothèque Harlequin (!!!), qu’on me dise que “la correspondance de Flaubert, ça n’existe pas” (dixit Zakarie), qu’on me prévienne gentiment qu “il y a des auteurs encore vivants” (!!!!) et qu’on finisse par avouer, les yeux perdus vers l’immense beauté de la technologie virtuelle “qu’une liseuse ça ne sert pas seulement à la littérature”, en reconnaissant “qu’on y connaît pas grand’chose en la matière (la littérature, donc.)

Les bras m’en tombent, je les ramasse et je m’en vais le rappeler demain. En tout cas, merci pour ce forum et merci pour le conseil sur les “e-books”

Bon sang on FRISE LA CRISE DE NERFS à la maison… Tout ça parce que mes yeux fatigués ne me permettent plus de lire facilement la nuit… Alors j’ai eu l’idée géniale de demander au père Noël (c’est-à-dire mon compagnon que nous appellerons “Clopin”) de m’offrir une liseuse.

J’avais discuté à droite à gauche là autour. On m’avait dit d’éviter la liseuse FNAC, qui ne donnait accès qu’au catalogue “Fnac”, contrairement à la liseuse AMAZON qui donne accès à plus de livres (notamment tous les auteurs auto-édités… ah là là).

Oui, mais la KOBO sortait gagnante des tests de consommateurs, notamment au niveau luminosité et confort de lecture

j’ai donc eu une kobo dans mes petits souliers. Le problème, c’est que depuis, je ne les quitte plus, mes souliers, même que j’ai de fort grosses ampoules…

parce que, dans le paquet cadeau RIEN n’indiquait qu’il fallait aller chercher, sur l’ordi, les sites “kobo” -qui pullulent d’ailleurs, on ne sait pas sur quoi cliquer exactement, et après, laborieusement, tenter de comprendre comment ça se passe entre la connection wi-fi, ou la connection par câble, l’installation de logiciels comme “adobe digital édition”, et autres.

Sans rire j’en ai pleuré de rage – tellement on se sent c… et désarmé devant la jungle au sabir franco-américain dans laquelle vous devez avancer, sans machette (ce qui vaut mieux car avec machette, la liseuse y serait passée !!!)

bref j’ai fait le numéro 0800 915 740 – je suis tombée sur “Zakaria” qui a bien senti l’énervement dans ma voix (ça faisait trois heures que je merdais grave, et que je m’engueulais avec Clopin là autour…)

Ca a été un peu mieux MAIS j’ai tout plein de questions du style : on me dit qu’il faut que j’éjecte ma liseuse avant de retirer le câble qui la relie à l’ordi, pour la “synchroniser” avec le “kobo desk” (pfffff….) , et pour ce faire, on m’indique que je dois cliquer sur une icône (un triangle sur un poteau).

Nulle trace de l’icône, ni sur l’ordi, ni sur la liseuse ???

On me dit de télécharger “adobe digital edition”, en suivant un lien, qui me mène bien sur une page “adobe digital edition”, mais où est la barre, ou l’icône, ou l’endroit où il faut cliquer pour télécharge ce p… de b… de logiciel dont je ne sais toujours pas à quoi il sert, sinon à télécharger des livres en PDF – c’est-à-dire tous les livres qui ne sont PAS dans la collec “kobo”…

La galère !!!

A part ça, j’apprécie fortement : qu’on me conseille la bibliothèque Harlequin (!!!), qu’on me dise que “la correspondance de Flaubert, ça n’existe pas” (dixit Zakarie), qu’on me prévienne gentiment qu “il y a des auteurs encore vivants” (!!!!) et qu’on finisse par avouer, les yeux perdus vers l’immense beauté de la technologie virtuelle “qu’une liseuse ça ne sert pas seulement à la littérature”, en reconnaissant “qu’on y connaît pas grand’chose en la matière (la littérature, donc.)

Les bras m’en tombent, je les ramasse et je m’en vais le rappeler demain. En tout cas, merci pour ce forum et merci pour le conseil sur les “e-books”

- See more at: http://blog.bm-valence.fr/index.php/2013/07/toi-aussi-tu-galeres-avec-ta-kobo/#comment-20020
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 08:37

J'ai lu avec intérêt le compte-rendu du livre d'Alain Borer, qui, comme  autrefois Etiemble, regrette l'invasion des termes anglais-américains dans notre français natal, sous un titre racinien  "de quel amour blessée".

 

Il y a quelques années, j'aurais adhéré sans aucun partage. La langue, notre belle langue, notre patrimoine, blessée sous les perfides attaques des maîtres du monde : résister encore et toujours à l'envahisseur, tel est notre devoir... Allez, tous en selle, et gardons-nous à droite, et gardons-nous à gauche, tudieu !

 

Cependant... Je voudrais juste remarquer deux petites choses. La première est que le territoire principalement envahi est celui de la langue parlée. Or, la langue parlée est bien entendu la plus mouvante , celle qui se transforme le plus, donc particulièrement fragile. Mais elle est aussi celle qui absorbe le plus, qui "digère" la nouveauté le plus rapidement, et surtout qui la restitue autre, imagée, différente. Certes, l'argot parisien disparaît. Mais c'est sa vocation... La langue  parlée est le reflet de l'époque, et je n'en connais guère qui ne soit protéiforme, modulable, inventive et rebondissante. Et si l'anglobal n'était rien d'autre qu'un nouvel argot, en attendant l'apparition d'un autre ? Et si cet argot représentait le plus notre époque, avec ses apports de partout, son mélange, sa richesse si diverse ?

 

L'autre trait à souligner, à mon sens, est que la langue, ce miroir, se nourrit des inventions des hommes. Une amie m'a reproché le terme "pitch", pour m'enjoindre d'utiliser le "bon" français "résumé". Eh bien, je ne suis pas d'accord. Même s'il est de bon ton de lutter encore et toujours contre l'envahisseur, de défendre "l'exception culturelle" et de déplorer la prééminence du cinéma américain, il faut quand même reconnaître que la technique cinématographique, depuis le 20è siècle, est issue, est imprégnée des savoirs d'outre-Atlantique. Et l'oreille ne trompe pas ! Un "pitch", ça me renvoie bien plus à la pichenette qu'au plat résumé. Et comme il s'agit d'une seule phrase condensant le sujet d'un film, je préfèrerais toujours ma pichenette, mon "pitch".

 

Idem pour le langage informatique, qui pénètre peu à peu. Certes, il est très prégnant, et de sages personnes tentent de trouver des équivalents en "bon français" (je me suis d'ailleurs amusée à cela  sur  télérama.fr, il y a quelques années).  Mais perso je pense qu'il suffit d'attendre, et que les mots anglais seront déformés et appropriés. Peut-être pas de façon "orthodoxe", mais qu'importe ? Nos "ordinateurs" ont bien résisté aux "computers" - faisons donc un peu confiance au génie de notre langue pour modeler, comme elle l'a toujours fait, ses contours et son apparence, adhérant ainsi au plus près le monde qui la nourrit.

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives