Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 11:41

Le week-end a tenu ses promesses - j'en garderai un souvenir lumineux, d'autant que les quelques quarante jeunes gens, venus des quatre horizons (du Québec ou de  Lille à Limoges en passant par Rennes ou Bordeaux, avec un fort contingent de Parisiens et quelques brayons  - les plus jeunes, amis d'enfance de Clopinou), rajeunissaient les lieux. Ou, plus précisément, il y avait comme une concordance entre les pousses vertes du jardin, les feuilles qui se déployaient, les chants amoureux des oiseaux, et les corps souples, lisses et fermes qui s'ébattaient là... Le printemps, dans toute sa splendeur !

 

J'ai bien peur d'avoir, comme à ma triste habitude, été un peu trop présente, un peu envahissante, parmi cette jeunesse. Certes, la photo de Clopin sur son vieux tracteur (pour la corvée de bois, on a brûlé dans un grand feu toutes les vieilles souches traînant dans les prés), environné d'une nuée de jeunes femmes agitant les bras et souriant largement, valait bien que je "batte le rappel" des jeunes filles, les appelant à grands cris pour qu'elles s'installent autour du chauffeur... Mais malgré tous mes efforts (je laissais régulièrement la place à mes "belles-filles") je ne suis jamais très discrète. J'ai peur d'avoir un peu blessé la copine du grand frère - je ne le voulais pas, mais à mon récit apocalyptique du nettoyage de la cuisine (je ne l'avais jamais vue aussi pleine de bordel que ça, le lendemain matin), elle m'a répondu d'une voix un peu flûtée "oh, ça, ça se nettoie vite", au lieu du merci complice que j'attendais...

 

Bah, ça n'est pas grave, tant nous nous sommes tous bien amusés, tant les jeunes ont  profité pleinement des lieux. Les parisiens, surtout, étaient curieux de notre "exotisme" - les ânes, les moutons, le tracteur, etc. - et le méchoui a régalé tout le monde.

Je crois que tout le monde était donc content - même si le pauvre Clopinou a eu à gérer un conflit de loyauté, qui ne sera, je le crains, pas le dernier. En effet, ses potes d'enfance -ils se sont rencontrés en primaire- sont un peu en "décalage" avec les jeunes adultes indépendants, amis de son frère. Et surtout, la dynamique de leur petit groupe (ils sont cinq ou six) est restée "coincée" aux déconnades potaches et adolescentes de la fin de la seconde... Or, ils ont tous, désormais, la vingtaine : il faudrait qu'ils grandissent un peu, et dépassent le stade de "on se bourre la gueule, on fait du bruit, on s'en fout des autres". Cette attitude a obligé le Clopinou à "veiller au grain", à gérer au plus près ses potes - il y est arrivé sans problème, certes (tous l'aiment bien, et ils étaient chez lui), mais non sans dépense d'énergie et self-contrôle ; il était proprement, avec sa copine qui a elle aussi dû canaliser les jeunes gens, épuisé le lendemain matin. Or, dès le lundi, il était en concours blanc...

 

Bah, c'est certes un peu dommage mais formateur, au fond. Ce conflit de loyauté -d'un côté, des potes d'enfance restés brayons, plutôt prolos, et encore ados, et de l'autre, une fête avec son frère aîné, sur fond de discussions sur les projets d'avenir, de voyages, de jeux collectifs et de grands moments de poilade collective, il devra certainement l'assumer de plus en plus. C'est aussi dans ce genre de confrontation que la personnalité se construit. Et pour l'instant, Clopinou agit très exactement comme il convient de le faire : préservant la fête collective, tout en assurant à ses vieux potes la preuve de son affection, et en leur demandant, disons "de grandir un peu"...

 

Je suis d'accord pour qu'on renouvelle une telle fête à la maison. Mais ce ne sera pas avant un certain temps : le frère du Clopinou, et sa compagne, se sont envolés dès ce matin pour le Québec,  et entameront dès le mois d'août un "tour du monde" qui doit durer au minimum un an.

 

Ils se sont envolés : c'est le sort des oiseaux, et je leur souhaite de tout mon coeur bon vent...

 

J'espère pouvoir mettre quelques photos clopiniennes en ligne, ici même : pour partager, quoi.

17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 11:56

Ils partageaient en frères (8ans-18 ans) !

 

get-attachment.jpg

15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 09:31

Le "jubilé" (20 ans de Clopinou et 30 ans de son frère aîné) approche à grands pas - j'ai même l'impression qu'il a commencé, tant la maison devient le centre d'allées et venues qui se succèdent et s'entrecroisent. On dirait que Beaubec est devenu une adresse pour migrateurs : les visiteurs, comme des oiseaux, s'y dirigent tout droit, venus des quatre coins de l'horizon  ! D'habitude, c'est plutôt pendant les fêtes de fin d'année que la maison enfle et grossit, s'arrondissant comme une boule de Noël. Mais pour cette occasion,  la maison va pouvoir s'ouvrir encore plus largement :  nous pourrons vivre au jardin,  d'autant que la météo s'annonce superbe !

 

Oui, j'ai l'impression que la fête a déjà commencé. Hier au soir, un ami anglais était à table, avec son fils de 20 ans. J'étais fatiguée : sitôt le repas confectionné (osso bucco et tarte à la rhubarbe meringuée), j'ai filé au lit. Pour être réveillée deux heures plus tard, par un Clopin particulièrement enthousiaste : le jeune homme avait empoigné sa guitare...

 

Je suis descendue l'écouter, et je n'ai pas regretté : je n'avais encore jamais entendu cela. Figurez-vous que le jeune homme se sert de sa guitare comme d'un authentique instrument de percussion. J'avais déjà entendu des musiciens -comme Paco Ibanez, par exemple, ou encore Paco de Lucia - ponctuer leurs mélodies de légers coups sur la caisse, ou faire "claquer" les cordes pour en tirer différentes sonorités, à différents endroits du manche. Mais jamais de manière aussi étonnante et performante. La seule "concession", si c'en est une, faite à  l'utilisation habituelle de l'instrument, est le recours aux harmoniques pour alterner  le rythme des percussions...

 

Le jeune homme maîtrise parfaitement l'exercice, qu'il pratique avec une vigueur étonnante - car elle contredit un peu sa personnalité apparente : il est grand, mince,  fort blond, "à l'aise" dans son corps et non timide, certes, mais surtout  très doux,  affectueux, particulièrement discret,  et voilà qu'il joue de manière singulièrement ferme et forte ! Il nous a expliqué qu'il avait découvert ce style de musique sur internet : cela s'appelle "la guitare percussive", et je me promets bien d'aller fouiner là autour...

 

Ce soir, de nouveaux convives arrivent, et le jour suivant ; et parmi eux, mes deux "belles-filles", enfin disons les deux amies des garçons. Je m'en réjouis fort, car je suis trop souvent la seule fille à table, et les jeunes filles en question sont vraiment charmantes...

 

Je vous le dis : ce jubilé a tout l'air d'être parti pour être jubilatoire !

13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:55

Alors, ces derniers temps, j'ai gagné, via internet bien sûr :

 

- le droit de faire dédicacer le "goût du cinéma" par son auteur, Jacky Barozzi,  quand j'irai à Paris

 

- des parties "masters" au super buzzer de Facebook

 

- des oreilles d'âne shakespearienne, fleurant bon la Lavande...

oreilles--jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- et un sonnet pour l'ânon nouveau-né :

 

Que se passe-t'il donc dans cette ferme, encor ?

Sur son tas de fumier, le coq coocoricotte

Bien plus qu'à l'ordinaire,  affolant la cocotte

Rappelant ses poussins grappe de boules d'or.

 

Le fermier ébaubi, du haut du mirador,

Voit s'enfuir le bélier qui des pattes tricote,

Et l'agneau délaissé n'est déjà plus mascotte,

Pourtant le temps est beau en ce doux messidor.

 

Clopine est affairée entre l'ordi, l'étable ;

L'endroit enferme-t-il un bien inestibmabla ?

Soudain s'étend sur tout un silence troublant.

 

Et la porte s'entrouve sur l'ânesse qui boîte.

Suit, les oreilles au vent, le sabot flageolant,

L'ânon cherchant le pis sous le pelage moite.


Jean Calbrix, le 13/05/14

 

 

10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 16:42

Ne croirait-on pas qu'il risque de s'envoler ?

 

 

AA2_7611.jpg

 

 

 

Published by clopine - dans Vies de Bêtes
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 11:11

La population beaubecoise vient de connaître, ce matin même, un soudain et bienvenu  accroissement : la voici pourvue de quatre pattes et deux oreilles de plus !

AA2_7600.jpg

 

Le petit ânon est déjà un fier Grand Noir du Berry, même s'il n'arrive pas encore à bien poser ses appuis. Il y a trois ans, la même chose s'était produite pour sa soeur aînée, et nous avions flippé pendant toute la journée, à voir la pauvre petite tenter de marcher "sur ses chevilles", en quelque sorte. Mais tout était très vite rentré dans l'ordre - le vétérinaire nous a rassurés en nous expliquant que Quenotte fait des ânons si grands qu'ils sont tout repliés dans le ventre de la mère, et que les tendons ont besoin d'un peu de temps pour se redresser correctement. Perso, je pense que Quenotte a des mises bas un peu "après terme", ce qui explique la taille des ânons et le problème des appuis. M'enfin, l'essentiel est que le petit aille bien, qu'il arrive à têter la mère, que la mise bas se soit passée correctement  : il va être, je le sens, beau comme tout.

 

AA2_7599.jpg

 

J'avais parié que ce serait aujourd'hui qu'il naîtrait : j'ai eu raison.

 

Reste à baptiser le petit. C'est l'année des "E" : donnons-nous un peu de temps avant de décider. Je propose "Etonnant-non", en hommage à Desproges, et on m'a soufflé "emc2", en hommage à Einstein.

 

Pourquoi pas Einstein-on-the-biche ?

 

 

 

 

Published by clopine - dans Vies de Bêtes
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 09:45

Songez à ces malheureuses : la majorité d'entre elles ont régné sous Lui !

 

Sous Lui I

Lui II

Lui III

Lui IV

...

...

 

Lui XIV

Lui XV

Lui  XVI

 

Pffouuu.

 

(bon d'accord, je sors).

9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 08:52

Du moins, je veux y croire.

 

Clopin m'a parfaitement convaincue : la pastèque (verte dehors, rouge dedans) que je suis votera vert aux Européennes. Pour quelques raisons simplissimes et cohérentes.

 

 

Certes, on peut dénier aux militants verts les qualités requises pour être des élus "de proximité" ; la rigidité des convictions, le manque de souplesse et d'ouverture aux autres, l'intolérance, la moraline verte : tout ceci peut vite devenir catastrophique.

 

On ne peut aussi que  constater l'absolue inefficacité politique du parti EEL-Les verts, miné par les tendances et les querelles d'ego, aussi mal à l'aise, à la fois envieux des places et du pouvoir, mais en réalité naïf jusqu'à se faire manipuler, devant les partis traditionnels, qu'une bonne soeur devant un film pornographique.

 

Mais l'échelon européen, par contre, semble le seul endroit où les convictions écologiques peuvent s'appliquer avec cohérence. Pas seulement parce que ni le vent, le soleil, la pluie, la terre, l'eau, les bêtes et les roches ne connaissent pas les frontières et n'ont rien à voir avec les nationalismes capitalistes qui se moquent bien de l'appauvrissement de ressources, de l'érosion des sols et de la biodiversité, mais aussi parce les verts y prennent leur place entière : ceux qui s'élèvent contre la marée brune et pestilentielle qui risque fort de l'emporter en France...

 

Je trouve que cette alternative "vert contre brun", devrait être affirmée, martelée, démontrée à chaque pas de la campagne. Ce ne sont ni le PS ni l'UMP ni le centre ni les 21 listes différentes qui peuvent ainsi affronter directos la réthorique de l'extrême-droite. Seuls les Verts ont la conviction supra-nationaliste nécessaire pour contrer le F haine. Au moins à mes yeux...

 

Et puis le moi de mai s'habille en vert, nom de dlà. Il suffit que je regarde par ma fenêtre, pour en être absolument convaincue...

 

 

 

8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 15:09

Je voudrais bien qu'on arrête pour prendre pour de la complaisance ce qui n'est que bienveillance, flatterie ce qui n'est que respect, exhibitionnisme ce qui n'est que partage, et stratégie ce qui n'est qu'admiration. Mais sur un sol sec, comment éviter les chardons ? Comment échapper à la bassesse, quand elle vous environne ?

 

Allons, n'y pensons plus. Et voici une chanson, qui me renvoie toujours à Jim, et à l'après-midi pluvieux où il riait sous cape, car j'étais persuadée que la voix que j'entendais là ne pouvait provenir que d'une bouche noire : les préjugés, eux aussi, s'agrippent à vous, tout ronceux qu'ils sont...

 

 

5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 15:09

 

 

 

 

Hier, nous sommes allés à une petite animation asinière, à la Hallotière. Non pas tant pour l'animation elle-même : elle concernait surtout les enfants. Mais parce que nous devions 80 euros à l'organisatrice - c'était l'occasion de lui rendre son dû.

 

Enfin, quand je dis "nous devions";.. . C'est surtout Dagobert, notre Grand Noir du Berry, qui avait provoqué cette dette.

 

Est-ce parce qu'il est désormais plutôt vieux, et hélas, malade, d'une maladie que nous n'arrivons pas à diagnostiquer vraiment et qui l'affaiblit beaucoup ?

 

En tout cas, et contrairement à son habitude, il n'a pas réussi à féconder la femelle que l'organisatrice de la petite fête champêtre d'hier désirait voir mettre bas.D'où la dette !

 

Bon, je dois tout de suite faire une incise à l'attention de mes visiteurs masculins. Certes, je peux bien m'imaginer la lueur qui s'allume dans votre regard, quand vous apprenez qu'une seule saillie de notre grand  âne étalon est facturée 80 euros... Je vous vois pris d'une sorte de trouble vertige, quand vous commencez à multiplier ceci avec cela, à soustraire peut-être telle période de votre vie mais à rajouter telle autre, plus... comment dire ? Féconde ???

 

Alors, on se calme de suite. D'abord, il ne faudrait compter que les saillies ayant atteint leur but. Vous voyez que, tout de suite, ça restreint le profit. En plus, sachez que notre âne ne sait rien de ces considérations financières : il se contente de suivre son instinct. Et je ne veux pas le savoir, si c'est exactement ce que vous avez toujours fait, sans vous poser plus de questions que cela !

 

  Allez, sautons du coq à l'âne :

AA2_7526.jpg

 

 

Et continuons : ce qui a été chouette aussi cette fois-là, c'est qu'on a croisé le pote Léo, grand brasseur de bière "Northmaen" devant l'éternel, et qui en profitait pour sortir une vieille grand'mère, certes, mais encore salement gironde : sa triumph blanche des années 70.

 

Clopin a fait un tour avec... C'était vraiment l'occasion : Léo ne sort sa triumph qu'une fois par an, environ, pour la ménager.

AA2_7556.jpg

 

 

     Eh bien, je vous assure que Clopin, comme la triumph ou Dagobert, a peut-être quelques heures de vol, mais il assure encore. Si j'avais des sous, je la lui achèterais, moi, la triumph : elle lui va comme un gant  : un fringant, plus précisément !

    AA2_7552.jpg

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives