Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 13:09

Anecdote.

 

Brasserie parisienne, du côté de la Madeleine. Je m'installe tout  au fond, les deux salles sont très vastes et le comptoir imposant, mais les tables sont trop petites, comme toujours à Paris, où il me semble n'avoir même pas la place d'étendre les jambes. Je suis assise à côté d'une vieille dame parisienne, du genre que j'aime : soignée et tenue, mais aussi fluette et discrète... Pendant que je mâchouille, résignée, un poulet ordinaire (c'est-à-dire non fermier et sûrement décongelé) et du risotto tout aussi banal,  ma voisine a commandé, elle, du confit de canard. Elle est servie bien trop rapidement, à mon sens, pour que cela soit naturel, mais bon. Nous sommes à Paris, n'est-ce pas, et si les assiettes sont médiocres, le spectacle de la rue, à travers les fenêtres, l'atmosphère de la brasserie,  les trois serveurs papillonnant, compensent largement le peu d'intérêt de la nourriture. (je n'oserai pas appeler cela de la cuisine...)

 

Mais voici que ma voisine s'agite sur son siège, et tente d'appeler, en vain, l'attention d'un des serveurs. Il est vrai que sa voix est si fluette qu'elle se perd dans la grande brasserie... A sa troisième et vaine tentative, je lui propose mes services, qu'elle accepte.

 

Sauf que j'ai mal dosé ma voix. A mon impérieux appel "S'il vous plaît !", la brasserie entière  a semblé sauter en l'air, et les trois serveurs, à la fois, ont tourné vers notre coin leurs visage ronds, aussi effarés que ceux de chouettes effraies. Jusqu'à la machine à café qui a stoppé son  vaporeux vacarme  et a fini, dans un chuintement, par accompagner l'écho de ma voix. Je n'ose trop regarder ma voisine : le silence qui a suivi mon appel était si lourd d'étonnement qu'elle a dû en être gênée...

 

Mais non, elle ne semble pas si perturbée que cela, et au contraire, me remercie chaleureusement. On lui avait servi son confit avec de la sauce, ce qui est tout de même une aberration,  je suis bien d'accord avec elle... La graisse, oui, peut accompagner de petites pommes de terre frites. Mais une sauce épaisse engluant le malheureux confit... Ma voix de stentor a fait merveille : c'est avec des excuses que le serveur vient, en se dandinant comme le canard qui repose maintenant dans le plat, lui remettre un confit un peu plus convenable.

 

Du coup, nous avons lié connaissance, et la charmante vieille dame m'a parlé de Paris avec une émotion et une envie de partage qui m'ont touchée. Allons, décidément, il n'y a pas que des canards assassinés, tel Mozart, dans la capitale. Cette ville sera décidément sauvée par ses grandes vieilles dames !

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives