Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 10:36

 

 

Le gazon synthétique permet aux enfants de se rouler par terre sans se salir, dans les haltes-garderies : les parents sont contents. Il est résistant, il économise l'eau puisqu'il permet de se passer d'arrosage, on peut supprimer des postes d'aide-jardinier grâce à lui : adieu la tondeuse. Et toujours vert, n'est-ce pas. Il est si intrinsèquement, si essentiellement, si complètement anti-vivant qu'il conviendrait de recourir beaucoup plus fréquemment à son usage.

 

Ainsi  pourrait-on, afin de réparer les dégâts subis par l'environnement, utiliser cette admirable matière pour en couvrir les sarcophages de béton (qui tout de suite seraient plus pimpants) des centrales nucléaires abîmées. Au lieu d'apercevoir des sortes de cercueils gigantesques, le passant verra ainsi, de loin, de jolis mamelons. Toujours verts, n'est-ce pas.

 

Il y aurait ainsi une sorte d'adéquation entre le minuscule et l'infini : du plus petit brin d'herbe synthétique à la plus considérable des catastrophes, le génie humain démontrerait toute sa vivacité  à tuer durablement la prétention absurde du vivant à se passer de lui. 

 


Partager cet article

commentaires

JC 14/05/2011 12:34



Mais qu'est ce que c'est ... ces conneries sur "ingratitude" ?  C'est quoi la "gratitude" ?.... Foutaises !



clopine 14/05/2011 10:47



et, euh, vous en êtes fier ? (parce que j'aurais tendance à appeler ça de l'ingratitude, non ?)



Dexter 14/05/2011 10:46



Clopine, bonjour !! désolé de l'avoir remis sur le tapis, de plus je me suis encore mal exprimé : je ne rate jamais une occasion d'écouter Onfray et j'ai lu la plupart de ses livres, sur
l'érudition j'aimerais posséder le centième de la sienne,


comme sur la façon de s'exprimer : il s'exprime toujours clairement alors que je suis de ceux qui lorsqu'ils en sortent une 9 fois sur 10 font une boulette, ceux qui parlent en boulette comme
d'autres parlent en français, la boulette leur est une espèce de langue maternelle.


Donc erratum : mon commentaire c'était évidemment pas pour dire que je me situe "au dessus" d'Onfray, je sais que le ridicule ne tue pas mais il y a tout de même des limites à ne pas dépasser....
;-)


 


bonne journée ! 



JC 14/05/2011 10:04



" j'ai une tendance à être reconnaissante vis-à-vis de ceux qui m'enrichissent."


 


J'ai tout compris ... Cela explique la mansuétude dont ce petit prof quelconque d'Onfray bénéficie de votre part !


( je n'ai jamais eu de reconnaissance pour des tiers culturels...)


 



Clopine 14/05/2011 09:53



Certes, JC, j'entends bien votre opinion, si fortement exprimée dirons-nous. Mais avez-vous LU ses livres; ECOUTE ses cours, ENTENDU l'expression de son projet, de ce qui le motive et ce qu'il
poursuit ?


Parce qu'il y a dans l'ensemble une certaine cohérence. Vous dites "bateleur", on pourrait vous rétorquer qu'il faut parler aux gens le langage qu'ils comprennent. Onfray a une triple ambition :


- faire sortir la philosophie du cadre universitaire classique pour la mettre à la portée du plus grand nombre, en référence à son propre parcours autobiographique


- prôner une position morale libertaire et hédoniste


- résoudre ses propres contradictions


Si vous gardez à l'esprit ce programme, et quoi que vous puissiez penser des positions ici exprimées, vous ne pouvez lui nier une certaine cohérence. Quant à ces contresens de lecture, ces
approximations sur les textes philosophiques, ses absurdes interprétations de Freud ou autres, eh bien, ne fait-il pas preuve d'une belle liberté d'esprit, d'une démarche sur les plates-bandes
ordonnées des corpus constitués, et même s'il se trompe, cela ne vaut-il pas mieux que de ne jamais s'égarer ?


 


(je dis ça je dis rien, hein. Quant à l'homme, l'individu lui-même, Dexter a raison, le portrait qui était fait de lui le rendait fort sympathique. Mais en fait, Freud ou Voltaire pouvaient eux
aussi paraître sympathiques....La magie des idées philosophiques est que, même si, ce que prône mordicus Onfray en s'appuyant sur Nietszche, on ne peut les dissocier des existences réelles de
leurs auteurs, elles peuvent transcender la vie de ces auteurs. En d'autres termes, et pour clarifier avec un exemple, il est certain que la poésie romantique de la fin de 19è siècle (par
exemple, mais on pourrait trouver moult autres domaines où appliquer la démonstration) s'appuie sur l'absorption de l'absinthe, la syphilis et l'état d'infériorité des humanités devant l'essor de
la technologie toute-puissante. Mais ce n'est pas parce que vous étiez syphilitique, bourré à la dame verte et incapable d'inventer la machine à vapeur que vous devenez Rimbaud. Et si Rimbaud
nous intéresse encore, c'est à cause de son insolence, qui transcendait sa condition, ses opinions et devenait du coup universelle (et fondatrice, hélas ! du mythe du génie adolescent...) 


 


Il en va de même dans le royaume des idées, et c'est là où Onfray se trompe. En renversant l'idole Freud, en montrant le sale bonhomme que c'était, il ne fait pas bouger d'un iota la valeur de la
théorie psychanalytique. Et il se met lui-même, sur le dos, une injonction redoutable : vivre ce qu'il prône. Or, vivre de façon libertaire, hédoniste, généreuse, populaire, etc., est bien
difficlle mon brave monsieur...


Ce qui n'ôte rien à la cohérence, encore une fois, du parcours d'Onfray. M'enfin, ce que j'en dis. Il est vrai qu'il est le seul à m'avoir ouvert les portes du royaume interdit, et que j'ai une
tendance à être reconnaissante vis-à-vis de ceux qui m'enrichissent.


 


Un dernier exemple : c'est mon beau-frère qui m'a appris, il y a si longtemps, à jouer aux échecs. Ben vous savez, mon beau-frère, des fois, je ne le considère pas comme une lumière, et ce n'est
pas non plus ni Fisher, ni Kasparov n'est-ce pas. C'est juste un honnête petit joueur d'échecs. Mais qui a eu la générosité d'apprendre à sa jeune belle-soeur de l'époque, alors qu'il n'y était
certes pas obligé, le maniement des pièces, et qui a eu la patience de subir ses balbutiements. Que m'importe de n'avoir pas été coachée par les plus avancés des ELO ? J'embrasse toujours
volontiers mon beauf', quand il vient me voir une fois tous les 15 ans, et je sais que je peux toujours lui proposer une petite partie...


 


 


 


 


 


 


 



Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives