Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 09:32

5 : 59 s'affiche sur le réveil de ma table de nuit, et je me réveille enfin, la bouche mauvaise. Mes larmes d'hier ont ensemencé ma nuit, et mes rêves tout entiers  ont tourné autour du film - c'était tout sauf plaisant.

 

Clopin me reprochait (il le fait aussi "pour de vrai", pas que dans mes cauchemars) le prix que coûtaient les droits musicaux : une minute de Rameau peut, effectivement, se révéler exorbitante pour notre plus que modeste budget. Je lui répliquais sèchement que les images animalières de son pote P. valaient aussi leur prix, bien pesé, et la discussion s'envenimait...

 

Dans mon rêve, j'avais pourtant le dernier mot : j'allais chercher, je ne sais où, des partitions que je rapportais sur la table de la cuisine, et que je laissais claquer en tombant, devant un Clopin raide comme la justice. Voilà, disais-je avec une joie mauvaise, tu vas arrêter maintenant, tu vois bien qu'avec ça, on peut faire ce que l'on veut...

 

Dans mon rêve, j'avais obtenu de Jim qu'il transcrive l'air de Rameau que nous avons en vue pour le film, et qu'ainsi des partitions de clarinette et d'accordéon étaient juste disponibles, à la disposition de nos potes du Mans, qui pourraient ainsi les jouer tout à  loisir...

 

(Je tiens à faire remarquer que ce rêve est parfaitement cohérent ; après tout, Jim avait  obtenu son prix de Conservatoire en composition grâce à un septuor de clarinettes, et il jouait de l'accordéon, entre autres... Ecrire des transcriptions pareilles l'aurait très certainement amusé, voire passionné, et il l'aurait fait "les doigts dans le nez", j'en suis absolument certaine !!!)

 

"Ma" musique, celle que j'ai choisie pour le film, était ainsi sauvée...

 

Clopin se levait en bougonnant et quittait la cuisine, mais j'avais gagné la partie (tion, ahaha !) : je filai donc voir Jim, toute contente...

 

Il m'ouvrait sa porte comme autrefois, mais hélas : il se mettait à pleurer en m'expliquant qu'il ne pouvait plus faire de la musique... Et l'angoisse, l'impuissance,  envahissaient mon rêve, et mon coeur.

 

5: 59 : un mauvais jour se lève. Foin des rêves et des désirs.  Les droits musicaux pour une minute de Rameau sont exorbitants, et Jim, enfin, celui qui était Jim pour moi,  n'est plus là, seule sa pauvre carcasse continue de déambuler, mal soignée, dans les couloirs de l'EPAHD de Rouen, pendant qu'Aldo Ciccolini (Jim m'avait fait écouter ses interprétations de Satie) vient de s'éteindre lui aussi...

 


 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives