Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 12:47

Le livre d'Edouard Louis "En finir avec Eddy Bellegueule" fait rage, et fait débat. Résumons.

 

Il est classé dans les "romans", mais il s'agit du récit d'une enfance, qui est celle de l'auteur. Il est brillamment écrit, car ce qui est raconté là est peint "à bout de bras", avec la distance nécessaire pour éviter le pathos : le choix des mots est précis et relève de l'analyse sociologique, avec, en contrepoint, des "citations" des membres de la famille, dont le langage  est reproduit avec exactitude, le vocabulaire retranscrit sans rien gommer de sa violence,  ce qui  donne  une authenticité rare au récit, puisque  les valeurs exprimées, les souffrances et les haines sont ainsi presque "palpables".

 

Bien. Je crois sincèrement que l'auteur n'a pas imaginé que sa famille  aurait accès au livre, la lecture ne semblant pas le loisir préféré de son milieu d'origine... Mais le succès a bien évidemment permis qu'on retrouve la famille Bellegueule dans son village d'Hellencourt... Et  un journaliste du "courrier picard" est allé les interviewer.

 

En gros, deux positions s'affrontent, et une évidence s'impose. Le bouquin est si fichtrement bien fait que tous s'accordent à attribuer à Edouard Louis un vrai talent d'écrivain, et une intelligence hors du commun (il a vingt ans !). Mais certains accusent le livre d'être un "règlement de comptes" visant à "salir" la famille de l'auteur, tandis que d'autres n'y voient que le juste tableau des moeurs des classes défavorisées, violentes, racistes, homophobes, et soulignent qu'Edouard Louis contribue à "démythifier" une classe ouvrière (ou plutôt chômeuse...) en la peignant sous son vrai jour, et non, comme naguère, sous les traits idéalisés du réalisme soviétique.

 

Il est certain que M. et Mme Bellegueule ne ressemblent pas à ça :

 

 

 

 

Lui est obèse, elle, "en colère" raconte leur fils. Et le reste de la famille (les demi-frères, les jumeaux...) est bien entendu à l'avenant.

 

 Alors, vengeance mesquine déformant une  réalité moins sordide que ce qu'il en est  dit par un auteur trop sensible, ou  littérature thérapeutique visant à délivrer l'auteur d'une enfance martyre, grâce à l'intelligence du propos et la distance analytique d'une écriture maîtrisée ?

 

Il est intéressant de lire l'article du Courrier Picard, reprenant les réactions des Bellegueule.

 

Surtout quand on a lu le livre. L'auteur y décrit sa petite enfance, l'école primaire etc., et surtout le cauchemar absolu que fut le collège pour lui. Il y était martyrisé par deux bourreaux, quotidiennement, ses résultats scolaires ont chuté, sa santé physique et mentale était gravement détériorée, il s'en est tiré de justesse.

 

Or, dans l'interview du Courrier, à aucun moment la famille Bellegueule n'exprime un quelconque intérêt pour ce passage du livre. Elle ne pense qu'à défendre son image en niant l'histoire racontée. Non, l'enfant n'était pas martyr. Non, on ne lui jetait pas son homosexualité à la figure comme on crache sur quelqu'un. Non, les Bellegueule sont juste des gens et des parents "'normaux".

 

A mon sens, si j'interroge mon propre  rapport à mon fils, une réaction de mère  "normale", à la lecture du livre  serait d'éprouver une immense culpabilité, en apprenant que mon fils a été ainsi martyrisé au collège, sans que j'en sois informée, sans que j'ai pu le protéger. Il n'y a RIEN DE TEL dans la bouche de la mère. Ce qui me tend à croire que le livre d'Edouard Louis, est, hélas, parfaitement VERIDIQUE.

Il ne "salit" pas sa famille ; il la décrit, à l'aide des "citations" que l'auteur a "enregistrées", aussi parfaitement qu'un magnétophone, et qu'il nous rend. IL l'aurait "salie", s'il n'avait pas dit la vérité. La sienne, bien sûr, subjective et partielle, mais étayée par un récit véritique, et sa famille n'y peut rien. Sinon demander pardon, pour grave manquement au devoir éducatif. Mais j'ai bien peur que les valeurs des Bellegarde n'aillent pas jusque là... Qu'ils soient incapables de ce genre de remise en cause.

 

Je vois aussi, dans cette triste histoire, deux remarques à faire. La première est que le milieu décrit ici est celui d'une famille lumpenprolétarisée des années 2000. Ce n'est pas beau à voir. Je me souviens des livres de Vailland, de la littérature communiste : elle donnait sa dignité à ceux qui n'ont que leur force de travail à vendre. Les Bellegueule ne le savent sans doute pas, mais la haine qui se dégage d'eux provient aussi du fait que désormais, personne n'a plus besoin de l'acheter, cette force de travail...

 

La seconde est que le talent de Louis est tel qu'il invite chacun d'entre nous à s'analyser. Il a eu un effet cathartique sur moi, par exemple. En ce sens, je lui dois une certaine reconnaissance, qui se double d'une crainte. On ne guérit pas d'une enfance, on ne peut pas "en finir" avec... Il faudra à Edouard Louis  trouver un autre moyen que ce livre-là. Je crains qu'il ne continue à souffrir, ne serait-ce que par ce déchaînement médiatique qui a déferlé jusqu'à Hellencourt... Et il n'a que vingt ans. J'ai peur que son entourage actuel, ce "Louis" qui, en ombre chinoise, aime et protège le jeune homme, ne lui permette pas d'emprunter d'autre porte de sortie  que la froide et cruelle analyse sociologique... Or, je souhaite de tout coeur à ce jeune homme de pouvoir connaître l'amour familial : c'est le meilleur des pansements, sur les plus abominables plaies humaines. Je crois par exemple qu'il lui serait nécessaire d'adopter un enfant, et de le rendre heureux, pour ne plus "en finir", mais "vivre avec" cet Eddy Bellegueule qu'il fût, et qu'il continuera à porter en lui. 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives