Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 06:17

Hier, à la salle culturelle de Forges-les-Eaux, au prétexte de fêter l'arrivée du numérique, projection de films de Mocky avec entretien  du cinéaste avec le public.

 

J'ai retrouvé, sur le parking, P., un vieux pote à moi,  dévoré d'amour pour Marcel Duchamp et absolument fondu (enchaîné...) de cinéma. Un authentique érudit...  Nous serions au moins deux, me suis-je dit, à savoir qui nous allions rencontrer réellement. Les jeunes qui garnissaient les fauteuils, j'en étais sûre, ne devaient guère avoir idée de la légende vivante du cinéma français qui allait leur adresser la parole...

Evidemment, ils n'ont dû voir qu'un vieil homme,  à la (encore) belle gueule ravagée par le temps, sous une tignasse en pétard,  engoncé dans un épouvantable costume fripé, à carreaux, retenu par un seul bouton mal fermé, ce qui permettait à la veste entrebaillée de laisser  voir une petite bedaine. Un vrai pépé, ce Mocky, 81 ans cette année. Moi qui  connais un peu les brayons, je savais que  c'était déjà leur demander un effort que d'accepter cette apparence, tant, ici, le statut social est encore  précisément chiffré par les étiquettes de prix des vêtements portés... Heureusement que Mocky est estampillé "cinéma"...

 

Je me demandais vraiment si Mocky "allait faire du Mocky", vitupérer contre la censure, les producteurs, faire valoir sa carrière (si longue), son carnet d'adresses (absolument fabuleux, ce type-là a travaillé avec absolument tout le cinéma, de Fellini à Godard en passant par des acteurs comme Serrault, Lonsdale, etc.) ses anecdotes de tournage (il doit en avoir au moins dix mille). Mais en fait, Mocky a parlé très doucement, d'une belle voix posée, et absolument comme si le public et lui étaient dans un café, en train de bavacher, quoi, à propos de tout et de rien...

 

Mon pote lui a demandé de préciser une querelle intervenue entre Ferré et lui. Question pointue, à laquelle notre Pépé a répondu aussitôt, très précisément, citant les circonstances, l'époque, donnant toutes explications. Je me suis rendue compte de sa mémoire phénomènale, et de la clarté de son discours, qui contredisaient le côté "foutraque" attaché à sa réputation. Allons, voyons, ce type-là n'a pu rassembler autour de lui tant de talents sans inspirer la confiance : j'en avais la démonstration.

 

perso, comme il venait de déplorer que peu de cinéastes empruntent le même chemin que lui, j'ai rebondi en lui demandant s'il pensait que Delépine et Kerven pouvaient être perçus dans une "filiation" à son endroit. Là encore, il a précisément situé la bande des "grolandais" où elle se trouve, et a expliqué en quoi, lui, n'était pas anarchiste. Et c'est vrai : Mocky est bien plus voltairien que proudhonien. S'il manie l'irrévérence (souvent) et l'ironie, c'est pour mieux appuyer des idées toutes empreintes, au final, d'une solide morale républicaine...

 

 

Le film illustrait parfaitement cette position. "La grande lessive (!)", titre absurde qui fut expliqué par Mocky (contexte de l'époque et exigence du producteur) est une fable morale sur l'abus de la télé, à la fin des années 60. C'est un film qui doit tout aux pieds nickelés et à Feydeau : on n'y compte plus les portes ouvertes, fermées, rouvertes, refermées, les pantalons fendus, brûlés, troués,  qui laissent voir les  derrières,  les bouteilles de whisky, et les gendarmes lancés à la poursuite des héros.  C'est désuet, un peu émouvant, et j'ai ri de bon coeur, tant les gags fonctionnent bien (et tant le couple Bourvil et Blanche fait péter l'écran).

 

Et puis c'était touchant de voir Mocky s'adresser aux lycéens, avec une telle simplicité, une telle envie d'échange, ne se plaignant quasiment pas du silence qui, depuis dix ans, entoure son travail. Voilà ce que c'est, d'être une légende vivante. On n'a plus rien à prouver, alors, forcément, on a juste envie que tout continue pour le mieux...

 

Merci, Pépé !

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives