Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 09:42

Mathurin Régnier est mort à Rouen en 1613. Tout chez ce type m'attire, ses satires, sa rebellion contre un avenir qui lui était tracé d'avance, jusqu'à sa fin (débauches, alcoolisme et tripots divers) due à l'incompréhension de son temps, qui préférait le sage Malherbe...

J'ai eu l'impression, en feuilletant quelques unes de ses satires, de "rencontrer quelqu'un"


. Et après tout, est-ce si différent de croiser un auteur mort depuis cinq cent ans, mais dont la plume reste incisive après tout ce temps, et de "tchater" avec les inconnu(e)s du Net, hors d'atteinte non par la mort, mais par l'écran qui s'interpose ? 

 

J'aime donc Mathurin Régnier, et il me paraît si romanesque que je gage qu'une biographie romancée a dû être élaborée sur lui. Je m'en vais chercher sur Google, tiens, et la prochaine fois que j'irai à Rouen, je tâcherai de savoir où est la tombe d'un si remarquable personnage :

 

"« J’ai vescu sans nul pensement,

     Me laissant aller doucement

A la bonne loy naturelle,
Et si m’estonne fort pourquoi
La mort osa songer à moi
Qui ne songeay jamais à elle. »

 

Partager cet article

commentaires

paul edel 24/03/2012 12:48


Bien sûr Clopine, vous pouvez copier et coller. sur métilde  Dembowski , j'ai déjà écrit un livre chez lattes.. et je pense que je vais remettre le couvert pour stendhal. donc dans dans ce
salon a Milan c"'est là que notre henri beyle  vécut la plus grande fièvre amoureuse dotn il ne s'st jamais complètement remis,mais ca nous  vaut, s cette déchirure amoureuse  ses
plus beaux textes:depuis "de l'amour" jusqu'à "la chartreuse de parme", vous conviendrez que ce n'est pas rien....et lui  aussi a été victime d'une calomnie auprés de Métilde.. mais votre
réponse sur votre attitude sur la rdl  est tres satisfaisante . mettez là sur le blog d'assouline.

stoni 24/03/2012 10:46


putain mais c'est complètement surfait le blog de passouline. maintenant le vrai truc branché c'est d'aller troller sur le blog de Stoni !


 

Chesnel Jacques 24/03/2012 10:30


Un peu pardivement (à cause de voyage) je vous apporte mon total soutien face aux kritics et autres malveillances dont vous êtes l'objet


néanmoins je ne vais pas jusqu'a prononcer pourrissement (quoi que) mais plutôt au "dévoiement" ou déviance dans laquelle se complait parfois  la RdL, un peu de ménage ferait le plus grand
bien (que font certains maudites rateurs ?)


amicalement


Jacques


 

paul edel 23/03/2012 18:26


Clopine, j'admire votre vaillance,pour  moi  c'est une zone minée qui n'apporte plus grand chose.et cependant j'admire la manière dont assouline trouve des sujets pratiquement tous les
deux jours,poursuit soin oeuvre, court les théatres,les conérences, voyage,  signe dans   les salons (le seul où j'eusse aimé signer c'est le salon Verdurin.. ou, mieux, celui de
Métilde Dembowski à Milan).)je me demande si il n'y a pas une cooperative , un atelier assouline .

clopine 24/03/2012 10:32



Paul, je ne suis pas vaillante, je suis teigneuse ! Oui, c'est vrai : j'éprouve désormais une sorte de hargne vis-à-vis de la Rdl, qui me fait secouer la tête comme un cheval qui bronche et
m'arc-bouter comme un âne décidé. J'ai enfin compris, après cinq ans de coeur serré quand je lisais les plus invraisemblables déjections à mon sujet (par exemple, que, sur mon blog,  je
mettais en ligne des photos de Clopinou, quatorze ans à l'époque,  pour éveiller l'intérêt sexuel des visiteurs et ainsi améliorer la fréquentation de l'endroit...), que ma résolution
angélique de ne pas blesser autrui avec mes mots (et j'ai une certaine facilité, je le sais depuis mes dix ans, à la satire et au trait blessant) n'était pas de mise là-bas. On n'y respecte que
la force brutale. En soi, c'est une qualité... bien méprisable, mais c'est le jeu : être à son tour déterminée à faire entendre, sans se soucier de peiner ou de blesser,  ses opinions...
quitte à être impitoyable. 


Les filles qui fréquentent le blog assoulinien sont bien souvent prises à partie par les machos de service, qui ramènent leurs fantasmes ou tentent ouvertement de les réduire à un rôle d'objet
sexuel,  dès qu'elles s'expirment, et qui leur préfèrent une Daaphnée anti-féministe, arrogante et élitiste. Ca aussi, je me bats contre. Je suis sans doute la mieux armée pour le faire,
surtout quand des filles "bien", comme Lavande, ou Judith, osent s'avancer et du coup prêtent le flanc. Je ne supporte tout bonnement pas qu'une Daaphnée se permette de les rembarrer : c'est
comme un combat.


Et puis une autre considération qui me fait retourner là-bas est que je suis goy, et qu'il ne faudrait pas oublier qu'ils existent aussi, les goys ! Je voudrais bien que la grande et passionnante
bataille qui s'est déroulée chez Assouline, entre Danton-Goldschmitt et Robespierre-Alba, ait pu être menée à son terme. Hélas, l'intervention des trolls et le pétage de plomb des uns et des
autres à empêcher cette discussion-là, qui sous-tend en permanence le blog d'Assouline, d'être menée à son terme. Or, c'est une question fascinante, passionnante, qui pourrait être résumée ainsi
: quelle posture politique est induite par l'héritage de la Shoah ? On comprend de suite l'intérêt que ce soit deux juifs qui en débattent, surtout d'égale force au niveau des connaissances
historiques, de l'histoire familiale, de l'intelligence et de l'érudition, tels que Màc et Alba. On comprend tout aussi bien l'intérêt qu'une goy comme moi pouvait y prendre  (que même une
goy comme moi pourrais-je dire...) : tant les répercussions des réponses à cette question sont prégnantes dans notre monde, et tant l'opposition passionnée mais cependant argumentée et non dénuée
de respect mutuel des deux protagonistes était éclairante. Je suis frustrée de ce débat-là, c'est vrai : raison supplémentaire à ma hargne ! 


 


(et tenez, Paul, je copicolle notre échange, au moins ma réponse si vous ne souhaitez pas que je reproduise votre remarque,  et le met en ligne, zou, chez Pierre. )


 


PS : Métilde Dembowski à Milan ??? Je devine que votre Beyle est là-dessous, mais ne connaissant pas bien la biographie de Stendhal, il vous faudrait m'éclairer...



paul edel 23/03/2012 15:49


 


Entre les débuts éclatants du blog d’Assouline avec sa « république des livres » et des participants 
qui à l'éppque parlaient  littérature, histoire, politique, traduction, sociologie avec avidité,
passion, et écoute de l’autre,   au champ de ruines actuel , où s’épuisent quelques combattants
 parfois hargneux, que s’est –il passé ?


  Quel rôle a joué la publication sur papier de certains commentaires,
par l’auteur du blog sans demande d’autorisation ni consultation des blogueurs ? J’aimerais avoir l’opinion d’Assouline , éventuellement  celle d’un sociologue et surtout  la vôtre
Clopine, qui n'abandonnez la partie....

clopine 23/03/2012 18:01



ah, Paul, le pourrissement de la Rdl est, me semble-t-il, commun à la blogosphère et se retrouve partout, enfin, partout où il y a des "enjeux".. Cependant, je crois que vous avez raison, et que
la parution des Brèves de Blog a attiré la lumière sur ce qui s'épanouissait fort bien dans l'obscurité. Je suis d'autant plus à l'aise pour en parler qu'à l'époque, ce n'était pas sans crainte
que j'avais appris la nouvelle - j'étais une des rares à "tirer la sonnette d'alarme", et avoir beaucoup plus redouté qu'applaudi l'initiative. 


 


Non, je ne renoncerai pas, j'ai acquis comme une hargne ces dernières années qui me fait dire que la victoire est de ne pas avoir été réduite au silence. Cette "victoire", si dérisoire qu'elle
puisse paraître, est néanmoins le plus beau pied de nez que je pouvais faire aux trolls. Songez que ces derniers m'ont accusée, successivement ou en vrac :


 


- d'aller sur la RLD pour me faire éditer


- de tenter de séduire Pierre Assouline


- d'être une malade mentale à l'égocentrisme pathologique


- d'aller faire là-bas de la retape pour mon blog


- de mentir sur les éléments de ma vie privée (je mentirai sur mon mode de vie, mon habitation...)


- de n'être pas digne du lieu, du fait de ma condition sociale


- de ne pas avoir les diplômes requis pour participer


- de ne pas savoir lire


- d'être totalement à côté de la plaque en me permettant de raconter des anecdotes personnelles, sur un blog où toute expression d'une quelconque émotion est taxée de folle impudeur


- d'être antisémite (!!!) (ça, c'est Mauvaise Langue qui m'avait sorti ça)


- d'être une idiote qui n'avait aucune notion philosophique, et se laissait prendre au plan de carrière d'un Michel Onfray


- de prendre des pseudos différents pour "troller" (?!!)


- d'être obtuse


- d'aller là-bas uniquement pour vendre mon livre


 


- et enfin, the last but not the least, d'être de gauche...


 


Or, s'agissant d'un blog où un Régniez est assuré de l'impunité, l'enjeu dépasse la rebellion du "j'existe, je vous emmerde et je ne me laisserai pas réduire au silence". IL y a aussi de
l'occupation d'espace...


 


Et puis, à côté de ces tombereaux d'insultes, il y a les rencontres, dont la vôtre, Paul... 


 


PS : ah oui, j'oubliais évidemment que certains me dénient, là-bas, le moindre talent de plume... of course...



Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives