Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 08:48

Le ciel a beau être clair pendant la journée, nous voici en plein novembre. Il faut ressortir les gros pulls, ceux qui mettent plusieurs jours à sécher après lavage, et réendosser les manteaux, qui alourdissent les démarches les plus légères. Le jardin est givré au petit matin, désolé ensuite, avec les feuilles humides qui traînent à terre.

 

C'est le moment de prendre sa respiration, de faire le gros dos, pour affronter les mois noirs qui arrivent ; de se rassurer, en contemplant les conserves rangées à la caves, les noix mise à sécher dans le cellier, le pellet ensaché sagement sous le hangar, et  qui chauffera la maison. Et vivement, n'est-ce pas !

 

vite-vite-chere-marie.jpg

 

 

C'est aussi le moment venu de mariner les harengs, à la mode dieppoise.

 

La recette est aussi facile que les jeux de mots à faire :

 

Préparez un bouillon, éventuellement avec du vin blanc, faites-le refroidir, enfin plongez-y vos harengs pendant toute une nuit.

 

Le lendemain, prenez une grande terrine, avec couvercle. Epluchez des carottes, émincez des oignons, prévoyez des clous de girofle, du thym,  et des feuilles de laurier.

 

Dressez, dans la terrine, une couche de légumes, puis une couche de harengs, de nouveau les légumes, de nouveau les harengs, et ainsi de suite.

 

Faites cuire au four, puis recouvrez d'huile, fermez la terrine, laissez macérer.

 

Voilà.

 

 

1580878.jpg

 

 

 

 

 

 


 

C'est d'une facilité déconcertante, mais l'essentiel n'est pas là.

 

L'essentiel, c'est la Foire aux Harengs.

 

Partout sur la côte, et jusque dans l'intérieur des terres, la même scène va se répéter. A Forges-les-Eaux, c'est le jeudi matin que cela se passe. Vous prenez la rue du Bout-de-l'Enfer, vous arrivez sur la placette :   dans le tohu-bohu !

 

Le poissonnier a embauché des aides, et de grosses marmites, à l'arrière, envoient des fumées bouillonner dans l'air. On tranche, on coupe, on lave, on vide ou  éviscère, si l'on peut dire ainsi pour des poissons, on blanchit à tour de bras... Tout s'active, et vous n'aurez pas droit, aujourd'hui, à la poignée de main habituelle et commerçante. Tout juste le marchand vous présentera-t-il son coude, qu'il faudra serrer vivement. Les mains sont pleines d'écailles, qu'on ne prend pas la peine d'essuyer.

 

Quelle bagarre : les clients se pressent vers les beaux poissons, massés sur l'étal et présentant leurs flancs blanchis. C'est le rendez-vous de l'abondance...

 

Comment oser ne demander que trois ou quatre poissons, alors que les prix sont aussi bas que les poissons nombreux ? Un euro cinquante le kilo, bien pesé !!! Vous ferez comme les autres :  vous passerez devant le chat, assis au coin de la rue, qui fixe d'un oeil patient, rusé et attentif la scène, et repartirez chargée des deux côtés,  les bras cassés et tirant vers le sol.

 

Les supermarchés peuvent bien tenter de s'aligner, avec leurs tentes blanches au milieu des tristes parkings : seuls quelques anglais s'y feront prendre. Les normands, eux, savent que la vraie Foire est là, dans l'air humide et déjà trop frais : ruisselante et luisante, comme le dos lisse des beaux poissons d'argent. 

 

 

 

(PS : le livre "vite, vite, chère Marie", est charmant, féministe et délicieux. Si, si !)

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives