Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 11:33

Je n'ai pas rendu hommage à Maurice André - et pourtant, cet homme-là, grâce à Jim bien sûr qui me le fit découvrir, a contribuél lui aussi à me débarbouiller les oreilles, qui en avaient tant besoin. 

Parce que les préjugés, dieu sait que j'en avais, contre la trompette !

Dans le milieu d'où je viens, la musique n'était que populaire, et j'ai longtemps confondu la trompette et le clairon. IL y avait quelque chose de martial dans l'art de la trompette - elle représentait pour moi un corps bien droit, fiché en terre avec raideur, un cou levé, un son qui vous frappait droit devant, clair et métallique comme une salve. Et à part la musique militaire, la trompette n'était associée qu'à Bourvil, et sa chansonnette à double sens :

"Ah dis chéri ah joue-moi-z'en, d'la trompette, car c'est chouette, comme cela doit être amusant, joue-moi-z'en, oh oui, joue-moi-z'en" 

soupir...

Bref, vous l'avez compris : la trompette, bof, triple bof. 

Et puis on m'a fait découvrir le jazz. Miles Davis était le contrepied parfait de tout ce que j'associais à la trompette. D'abord, il ne se tenait pas droit, mais presque en position foetale autour de son instrument, l'enveloppant et le tenant comme une mère fait de son enfant. Et la trompette  était souvent dirigiée vers le sol , comme si Miles cherchait à aspirer, à travers lui, le souffle des abîmes. Si vous ajoutiez la sombre couleur de la beauté physique de Miles, fulgurante, et l'incroyable diversité qu'il donnait à son instrument, bien entendu vous obteniez un coktail tellurique et fortement diabolisé. Plus rien ne subsistait de l'instrument enregimenté - il y avait là de la sexualité sombre et sûre d'elle-même, de quoi vous faire promptement perdre la tête...

J'ai commencé à écouter, attentivement, le son de la trompette. Et puis, sans doute pour faire contraste, Jim m'a un jour offert un disque de Chet Baker. Ah ! Autant la trompette de Miles était puissante, tellurique et sexuelle, autant celle de Chet était toute douceur, sensualité, murmure... J'ai déclaré à Jim qu'on pourrait faire un tableau vivant avec les deux artistes. Leurs couleurs de peau étaient déjà installées : il aurait suffi de rajouter une queue et des cornes sataniques  à l'un, de flanquer une paire d'ailes à l'autre, et le tour aurait été joué... Chet Baker n'avait pas la puissance créatrice de Miles, cela me semblait évident, et il était parfois presque sirupeux. Mais sur certains morceaux, il décollait complètement, et, à mon sens,  tutoyait les anges. 

Jim a souri de mes éculubrations, mais m'a pourtant offert l'autobiographie de Chet Baker, qui s'appelait, comme par hasard, tenez-vous bien : "comme si j'avais des ailes". J'avais donc touché juste !!!    

 

Hélas, Chet Baker n'a cessé de déchoir - à la fin, il ne pouvait plus jouer de trompette, parce que ses lèvres éclatées, son corps épuisé de drogue, ne le lui permettaient plus. Sa voix de crooner pouvait lui en tenir lieu, mais elle n'était pas assez forte, à mon avis, pour aller frapper à l'huis du paradis...

Et puis il y a eu Maurice André. Sa rondeur, sa simplicité, son côté franco-français "baguette-saucisson"  ne le prédisposait pas, pour moi, à se hisser au niveau des trompettes de jazz, et de leur souffle tout sensuel. Je l'aurais presque rangé du côté du mirliton, et je disais à Jim : à part souffler plus longtemps que les autres, qu'est-ce qu'il a ? 

J'étais d'une injustice bornée par mes préjugés. Maurice André avait une extraordinaire sensibilité musicale, et surtout il s'attachait, presque méthodiquement, à sauter les barrières des genres. Sa virtuosité était mise au service des plus invraisemblables mélanges, et qui d'autre, à part lui, pouvait passer d'une interprétation de Bach parfaitement maîtrisé à un duo avec Michel Legrand, qu vous remplissait les oreilles d'une saveur unique et pourtant jazzy ? Qui, hein, pouvez-vous me le dire ? 

Ils sont tous morts, ces trompettiste qui m'ont réconciliée avec le son de cet instrument si incroyable qu'est la trompette. Le Vent les a bien entendu emportés, et je souhaite qu'ils continuent leur chemin ailé sur son souffle puissant...

Et pour tenter d'illustrer mon propos, voici trois interprétations du plus célèbre des standards de jazz, "round midnight". Vous verrez que l'interprétation d'André ne le cède en rien, pour la force, à celle de Davis. Quant à Chet, pauvre ange déchu... Bon, je n'en dis pas plus - rendons-leur hommage tout simplement. 

 


 

 

 

Partager cet article

commentaires

Chesnel Jacques 01/03/2012 12:04


je fus attiré par la musique que par le bruit... si vous voulez les noms de qq trompettistes actuels, n'hésitez pas... ne pas oublier les anciens décédés : Louis Armstrong, Bix Beiderbecke et
(pour moi le + grand) : CLIFFORD BROWN

andrem 29/02/2012 14:25


Si ma mémoire est encore utilisable dans ce recoin là, la bagarre qui couta ses dents de devant à Chet eu lieu à Sausalito, non loin de l'entrée du Trident où il jouait alors.


Et Monsieur Chesnel a raison de rappeler qu'il y eut aussi ce grand trompettiste Dizzy, sans lequel peut-être rien ne serait arrivé.


Mais peut-on faire confiance à une mémoire qui vous lâche?

Chesnel Jacques 29/02/2012 11:01


précision sur Chet Baker : il n'a jamais eu de problèmes de lèvres... seulement de dents (cassées après une bagarre) et résolu grâce au soutien d'un autre grand trompettiste Dizzy Gillespie

clopine 29/02/2012 11:22



Merci de la précision, Jacques, et de votre visite. Mon petit doigt me l'avait prédit, notez, que vous passeriez par ici, attiré par le bruit...


Bien à vous


 


Clo



Elena 28/02/2012 13:51


Ci-joint un échantillon :


http://www.youtube.com/watch?v=n7cVohgu6os&feature=BFa&list=PL4A18B5F54E64AB95&lf=results_main

clopine 29/02/2012 08:36



Merci Elena, quel réveil ce matin grâce à vous et Reinhart !


Cordialement


 


Clo



Elena 28/02/2012 13:49


Ils ne sont pas tous morts …


un autre très grand trompettiste : Reinhold Friedrich


http://www.reinhold-friedrich.de/info/biographie/biographie-englisch.html


 

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives