Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 16:42

Parfois la vie quotidienne est rêche comme un cidre trop brut : elle agace les langues. Je crois avoir déjà dit ici que je n'attachais pas trop d'importance aux objets qui m'entourent - à part quelques uns comme les verres (j'aime bien les verres),  mes livres, et ma nouvelle chaudière, à laquelle  je suis dorénavant attachée.

 

Or, je viens de subir le même sort que ce malheureux Othello, cette pauvre Bérénice ou la désolée Skyler dans l'épisode 3 de Breaking Bad. Non seulement je me sens trahie, mais par l'objet même de mon affection. 

 

C'est dur, la vie. 

 

Oh, ce n'est pas à proprement parler la chaudière qui m'a trahie, n'est-ce pas. Nous en sommes encore aux tests, et j'aurais parfaitement admis une défaillance de sa part. Après tout, nous sommes ensemble pour le meilleur et - hélas - pour le pire pour quelques années désormais, alors une période disons de 'mariage à l'essai" entre elle et moi pouvait permettre de mieux se comprendre. 

Non, la chaudière n'a même  pas daigné m'affronter directement. Elle a exprimé son mécontentement à travers un insignifiant robinet du circuit de chauffage central, qui s'est mis à couler d'abondance, laissant échapper de petites, puis de grosses, enfin de vrais ruisseaux de larmes, je veux dire d'eau chaude... 

 

La traîtresse. 

 

Et, pour couronner son forfait, l'eau en question a dégringolé à travers mes étagères... 

 

C'était l'étage des "M". L'étage Maudit... 

 

Ils y sont (presque) tous passés dont surtout l'édition en trois épais volumes des Essais de Montaigne préfacés par Butor. A tordre... Dégoulinants de flotte... 

 

Et puis, évidemment, Clopin s'y est mis. Hurlant d'un étage à l'autre pour ne pas obtenir mon aide, vu que je ne comprenais pas ce qu'il fallait faire exactement au vase d'expansion situé dans un placard obscur du rez-de-chaussée, puis me bousculant sans aucune patience et enfin, déchaîné, m'accablant de reproches et de son mépris pour mon habituelle maladresse et ma vue si basse... Les excuses arrivées, une fois le calme revenu et le robinet prié de la fermer, ont eu un petit goût d'amertume. Si j'avais pu, j'aurais volontiers donné un coup de pied  dans un objet quelconque de cette fichue baraque, moi. Et je m'en fiche des cloques  à la peinture du plafond. Ca ne va pas me rendre mon "Florilège des mots d'amour", de Pierre Merle...

 

Bon, je me suis vengée un peu quand même. J'ai posé les volumes trempés au-dessus de cette saleté de chaudière, qui me fait des coups pareils dans le dos. Elle a pour mission de les sécher, et que ça saute.  

 

Et j'ai maudit tous ces objets inanimés, qui ont peut-être une âme mais en tout cas font chier...

 

Avant de tenter de remettre un peu de douceur dans tout cela. ("de la musique, avant toute chose, afin de réparer l'impair...")

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Zoë 21/10/2011 22:45



Merci Clopine, je découvre chez vous des musiques que je n'aurais pas l'idée d'aller rechercher. Je compatis à votre dégât des eaux. Je suis moi-même dans une histoire qui dure : fuite avec
facture d'eau énorme et recherche d'origine. En attendant d'avoir identifié, nous fermons le robinet général et ne l'ouvrons qu'au compte-goutte. Bon courage!



Sergio 21/10/2011 20:20



Allons allons... Je suis au moins dix degrés plus à l'Est et je chauffe pas encore mon burlingue...



Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives