Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 16:35

Une "amie de ouèbe", qui est d'ailleurs plus que cela car nous nous sommes rencontrées et elle m'a rendu service, et pour laquelle j'éprouve du respect et une reconnaissance étonnée (on peut être agrégée, faire partie d'une élite intellectuelle et sociale, et cependant accessible ...) m'a passé un livre qui démontre, exemples à l'appui, l'importance du rayonnement solaire sur notre moral. Et il est vrai que l'année 2012, si pluvieuse, et le début navrant du printemps 2013, ont certainement aggravé mon désarroi. D'autant que des incidents clopiniens m'ont empêchée de faire  le moindre pas de côté : contrairement à l'habitude, nous ne sommes pas partis en vacances, réduites en 2012, pour moi, à deux jours à Paris... Ce crescendo dans la grisaille n'explique cependant pas tout, de même que les difficultés rencontrées (j'en ai vu d'autres), qui se sont simplement cumulées pendant cette froide période, ces mois noirs dont je veux témoigner.

 

Heureusement, j'avais toujours cette demeure entourée, ces bêtes qui me sont essentielles. On avait dressé pour moi, au rez-de-chaussée puisque la moindre marche m'était devenue un obstacle infranchissable, un lit étroit, dans un des coins les plus froids de la maison. Clopin a d'ailleurs fini par clouter une couverture devant l'âtre de la cheminée, qui jouait de la flûte tous les jours de grand'vent, malgré la plaque de métal qui permet de le fermer. Mais cependant, je pouvais me jouer le rôle de Catherine Earnshaw dans les Hauts de Hurlevent, et la pièce, fort grande, carrelée de rouge, aux poutres bleu clair et aux lambris de chêne, était si froide que je ne pouvais guère trouver de réconfort. J'étais seule la plus grande partie de la journée, car le malheureux Clopin devait courir d'hôpital en maison de retraire, prendre soin de sa mère et remplacer le père défaillant. Ce fut  de mon  corps meurtri que me vinrent les prémisses du salut : tout simplement, je n'eus pas le choix. Mon corps "prit les commandes", et m'intima l'ordre de me reposer; Je dormais pendant des heures, d'un lourd sommeil sans rêves, pendant que toute la période n'était ponctuée, à mon sens, que d'expertises et de contre-expertises, auprès des psychiatres et autres médecins commis par les instances légales qui devaient statuer sur mon sort... Eh bien, pendant toutes ces semaines froides, solitaires et douloureuses, pas une seule journée ne s'est déroulée sans la présence des bêtes autour de moi. Le chien, bien sûr, qui venait quêter les caresses au bord des draps, le chat ensuite, qui me gratifiait de sa présence enroulante, chaude et ronronnante, abandonnant pour moi sa place désignée,  au coin du poêle, et venant partager ma glacière. J'avais du mal à aligner deux phrases de suite, ne mangeais plus rien, me levais avec peine pour les piqûres journalières. La douceur et la résignation de mes bêtes étaient mes seules compagnes, et les plus véritables, et les plus profitables aussi. Je ne comprends pas qu'on les interdise dans les hôpitaux, les maisons de santé, les asiles. Il y a un stade de délabrement moral qui ne peut être réparé que par les choses et les êtres les plus simples. Le chat venait tous les après-midis, me regardait de ses yeux d'or, se blotissait dans mes bras qui du coup s'incurvaient encore, comme ceux d'une glaneuse...

 

 

Allons, il faut que je me sorte du souvenir de cette période, qui me fait  frissonner... Samedi, je vais sans doute aller dans ma ville natale, où le festival "terre de paroles" invite François Bon, dont je viens de lire le livre "autobiographie des objets". J'irai sans doute quêter une dédicace, profitant de la curieuse coïncidence (mais les coïncidences me semblent désormais relever de ma seule volonté) qui réunit dans un même lieu un livre parlant des objets de l'enfance et les traces de mon passé perdu de fillette malingre...

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives