Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 15:19

L'état de santé fort alarmant de son grand'père, joint à une naissance dans la famille de sa compagne, originaire d'Amiens, ramènent le grand fils de Clopin, et frère de Clopinou,  à la maison - il vit et travaille en ce moment à Montréal, mais, comme il le dit lui-même "5000 kilomètres, ça fait parfois bien loin"...

 

Je le comprends parfaitement. Perso, j'ai coupé sacrément ras, à l'adolescence, des racines qui m'emcombraient. Mais les rhizomes invisibles continuent de courir sous la terre, et comment échapper à son enfance ? Je crois que je ressentirai bien fort un sentiment d'exil, loin de la France. Le Québec m'a paru, l'été dernier, curieusement en deux dimensions seulement : l'espace et le lien social. Il lui manquait le passé, les pierres immuables qui sont issues du terreau humain, et en sont les témoins.

 

Il est dommage que ce soit la gravité de l'état de Papy qui ramène le grand frère de Clopinou par ici (et aussi, sûrement, l'envie d'accompagner sa compagne venue pour dix jours en France)- mais c'est aussi le signe, chez lui, d'une appartenance. Et cela me soulage : en ces temps où les enfants se dispersent sur toute la surface de la terre, comme les graines de pissenlit à la fin du printemps, et où prendre l'avion semble aussi banal que boire un verre d'eau, savoir que des liens les rattachent malgré tout à ce qui reste leur pays, celui de Du Bellay pardine, me paraît contrebalancer cette espèce de bougeotte inquiète qui est la marque de notre monde. 

 

Partager cet article

commentaires

rose 19/04/2012 19:47


>Clopine


j'ai l'habitude de prendre les choses à bras le corps. Parfois, je fatigue ; c'est le cas.


Je suis contre férocement faire semblant de ne pas. Ce contre quoi je suis contre encore plus c'est la manipulation d'autrui.


 


Je ne savais pas qu'il s'agissait de Jim, je croyais que vous parliez de votre beau-père. J'ai un pote qui a aussi perdu la tête. Mais pas les jambes.


Je voulais juste vous dire que alzeihmer est une manière de décrocher des emmerds. quand on n'arrive plus à les résoudre.


 


Je vasi m'absenter un peu, je reviendrai ; je pense, j'ai envie de ne donner qq. nouvelles qu'à mes parents et enfants et pour les autres, les potes et amis, silence radio, je le vois comme ça ;


cordialement à vous.


à +

la bacchante 17/04/2012 17:10


Pour l'accueillir avais-tu pensé à faire fumer la cheminée?

Clo 17/04/2012 07:49


Merci de votre réponse, Rose. L'Alzheimer que je connais n'était
effectivement pas un menteur, c'est pour cela que votre remarque m'a fait sursauter. Bon je parle de lui à l'imparfait, parce que
je ne sais pas comment je pourrais faire autrement : le Jim que je connais
aujourd'hui n'a plus rien à voir avec celui qu'il était. Comme un autre
être... les fonctionnements du cerveau sont tels que j'ai cru un instant, à
vous lire, qu'un scientifique avait fait un rapprochement entre la
perception des Alzheimers et l'affabulation des menteurs : or, je crois qu'il y
en a un à faire. J'ai remarqué que Jim accuse "les autres" (au début, il
disait que sa maladie provenait d'un comprimé mis à son insu dans son café,
par un collègue qui voulait sa place...) parce qu'il serait insupportable, à
quiconque est assoiffé de vie, d'admettre que son propre cerveau l'agresse
et le tue. Et c'est pourtant bel et bien ce qui se passe... Le mensonge
comme ultime charité d'un cerveau "tueur" en quelque sorte.

MERCI ENCORE ! J'ai remarqué aussi qu'Alzheimer fait tellement peur aux
gens que très peu ont le courage de l'affronter, c'est-à-dire d'en parler
(autrement que par une grosse blague), aller voir un malade et/ou le
soigner... Ca ne m'étonne pas que VOUS, vous ayez ce courage-là.

bien à vous


rose 16/04/2012 23:00


Rédigé par : Clopine Trouillefou | le 16 avril 2012 à 14:02  chez Passou


 


je vous réponds là, chez vous, parce que c'est ici que vous avez besoin de la réponse


>Clopine
il n'y a rien de caché dans mon com. ni mystère ni rien d'autre connaissance occulte ou autre.
On ne sait rien si ce n'est de vagues supputations tout de suite remplacées par d'autres etc.
Perte de mémoire et coupage du monde, non reconnaissance de sa propre famille, ce qui est une immense douleur pour la famille, violence physique parfois ou extrême gentillesse au contraire,
couplée à une douceur extrême.
La science tâtonne, avance à coups d'hypothèses/observations cliniques pour ensuite récuser pas à pas. Je suis particulièrement marquée par ce qui a été dit sur les enfants autistes et leurs
mères.

On ne sait pas qui ferme les lumières comme vous dites : ce que je dis moi, c'est que je suis frappée là encore par comment, en vieillissant, on a besoin de mettre des choses en ordre (ah comme
ce sera top), faire du propre, du nettoyage et comment certains décrochent (trop à ranger, on abandonne tout en vrac d'un coup). Mentir n'arrange rien et accentue les difficultés pour le "rendre
des comptes" et je ne pense pas à rendre des comptes à autrui mais à soi-même.
Alzheimer c'est laisser de côté tout cela : comme un bateau qui n'a plus de safran et qui part sans gouvernail (le grand risque).
Moi, je conseille férocement de ne pas mentir ; et je ne suis pas myriam. D'abord une fois qu'on ment cela devient si facile que on se met à mentir comme un arracheur de dents et puis, là encore
plus d'éthique. Un m'a fait ça l'autre jour à mentir en faisant parier le second sur la tête de sa mère. Sans vergogne, alors qu'il mentait.

Je ne peux pas vous en dire plus. Une fois qu'on est engagé sur cette voie-là il devient difficile de s'en dégager ; ne pas s'y engager évite d'avoir à s'en dégager. Maintenant ceux qui prennent
des voies tordues n'ont souvent pas d'autre issue pour avancer ; style l'impasse. Une fois au fond pas d'issue : Alzheimer, pof, tout le monde te fout la paix, t'es là mais plus là. Mort t'es
plus là. Mais Alzheimer t'es encore là avec le privilège que tout le monde te fout la paix et t'es pas mort.

>Clopine écoutez-moi : il faut donner beaucoup de tendresse et sans rien en retour. Beaucoup. Blaoum. Vous aiderez ainsi le passage. Sans pitié, ça sert à rien la pitié : avec amour.

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives