Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 09:57

Par deux fois mon attention a été attirée : une chronique chez Assouline, un billet sur France Musique, tôt ce matin. C'est décidé : j'achète le livre d'Edouard Louis, et l'offrirais sans doute au Clopinou, quand celui-ci aura vingt ans. Car Eddie Louis est aussi jeune que mon fils, il est à l'école normale supérieure de sociologie, et son écriture, m'a-t-on dit, est fort belle, classique et forte à la fois.

 

Mais en fait, j'ai une autre idée en tête en voulant lire ce livre - puisque je sais aussi qu'il contient un témoignage autobiographie sur l'enfance martyrisée de l'auteur, issu du "quart monde rural" et victime de l'homophobie et de la bêtise humaine, sur fond de misère sociale...

 

Le "quart monde rural". Je ne peux l'ignorer : il est partout présent autour de moi, et si les scores du Front National sont particulièrement élevés en Bray, en Picardie Verte, dans les fins fonds de l'Oise (ah ! Des petites villes, des bourgs horribles,  comme Formerie ou Feuquières) c'est que la laideur colle à la misère, arrive à rendre sinistres  jusqu'aux ruisseaux, aux champs industrialisés, aux fermes où des corps d'agriculteurs pendent désormais aux poutres des granges (un suicide tous les deux jours chez les paysans d'aujourd'hui...) et enfin  engendre la haine des autres et la haine de soi, chez les chômeurs ruraux... 

 

Et pourtant. Pourtant, je reste persuadée que la vie aux champs peut permettre de concilier une appréhension pacifiée du monde, continuer de nous émouvoir et être le socle solide de vies enrichies. Il suffirait de redonner du sens, du corps, de la fierté à ceux qui sont dépositaires de la terre. De nos jours, dans notre région surtout, seule la chasse donne encore du lien social aux rescapés de l'exode rural : quel dommage. Quel carnage, aussi...

 

... Mais les agriculteurs "bio", eux, ne se suicident pas. Il faut s'accrocher à cette idée. Un Pierre Jourde, un Eddie Louis, peuvent bien témoigner d'un monde rural  tellement en perdition qu'il brise ceux qui y vivent. Moi, je bénéficie, grâce à Clopin évidemment, d'un environnement qui me permet de jouir de la beauté des champs, du bruit du vent dans les grands peupliers, de la saveur de la framboise cueillie aux branches et  gobée tôt le matin, en allant ouvrir aux poules. Si j'écris de nouvelles "petites histoires familières et brayonnes", ce sera pour témoigner que la vie aux champs, ce peut être aussi une chance d'harmonie, et qu'on peut être brayon, ou picard, n'avoir pas beaucoup d'argent, et échapper à la brutalité et à la bêtise humaines.

 

Allez, tiens, pour se donner du courage, un peu d'Henri Texier, et en voiture Simone,  pourquoi pas ?

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives