Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 13:20

En fait, j'ai toujours envie de raconter des histoires. Anecdotiques ou curieuses, elles me paraissent révélatrices, même si je ne sais pas de quoi.

 

J'ai envie de vous raconter la Moustache de Jacques,  et son Iroquois. J'en ai envie depuis  que je l'ai entendue de la bouche de Jacques même. Je me retiens, parce que Jacques écrit et qu'il pourrait très bien raconter tout seul son histoire. Mais en fait, je ne vais pas me retenir longtemps, je le sens...

 

Ca commencerait comme ça  : "C'était la guerre, et Jacques était zazou".

 

Et si j'allais lui demander la permission, tiens ?

 

Bon. Je peux d'ores et déjà vous raconter la Malheureuse Histoire de Patricia Ziglouglou. (en fait, elle ne s'appelait pas ziglouglou mais son nom grec m'est toujours apparu comme imprononçable)... Celle-là, je sais ce qu'elle révèle : la formidable et insondable lâcheté masculine !

 

Mais pour l'instant, je vais vous raconter ce que j'ai fait à manger hier au soir. Plus je vais, plus je me lâche, en cuisine. Je n'ouvre plus les livres : j'improvise, et les cuillères  en bois sont ma baguette de chef à moi...

 

Alors vous  prenez un pâtisson. Vous savez, ces curieuses courges en forme de coiffes de marmiton :

 

 

patisson.jpg

 

 

Donc, vous épluchez le pâtisson, vous enlevez les pépins et vous coupez en morceaux, que vous faites cuire à l'eau bouillante salée pendant un quart d'heure/vingt minutes, en compagnie de pommes de terre. J'ai mis quatre pommes de terre moyennes pour un petit pâtisson, ça allait bien.

 

A côté vous prenez des noix, une bonne trentaine,  dont vous broyez  les cerneaux.

 

Puis vous prenez un cul de poule. Vous mettez dedans votre pâtisson, vos patates, une grosse cuillère à soupe de crème fraîche, et des lamelles de fromage (gruyère).

 

Vous touillez.

 

Vous garnissez un petit poêlon avec le tout, vous saupoudrez de noix écrasées (mais pas trop, il ne faut pas qu'elles soient gluantes), vous passez dix minutes sous le grill du four.

 

Sans rire, c'est ach'ement bon. Peut-être parce que c'est "tout du jardin" de Clopin, à part la crème et le fromage  (mais nous achetons bio) ?

 

Je vais appeler ça : "^pâtisson à la Clopine", tiens.

 

Et pour l'histoire de Ziglouglou ?

 

Allez, je commence :

 

"C'étaient les années 70, et Patricia Ziglouglou taillait la route, saisonnant dans les fermes fruitières. C'était bon, d'être une grande fille blonde, point peureuse et à l'énergie infatigable. C'était bon, les plages grecques, tirer sur des joints, boire des coups avec les autres ouvriers agricoles,  porter, le soir, des robes de coton indien et  danser sur la musique des Doors. Mais les saisons n'avaient qu'un temps, et le reste de l'année, il fallait bien vivre.  Et Patricia tomba amoureuse."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives