Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 10:50

Chose promise, chose dûe : je vais finir le récit de mes vacances en vous parlant encore de la maison d'amis qui a abrité notre dernière nuit.

Mais pour cela, il faut que je vous parle d'abord d'Alain Jaubert : un passeur d'art, comme un Alain Korkos en fait. C'est Jim qui m'a fait regarder, pour la première fois, un des numéros de la célèbre série "Palettes" ; il s'agissait de la Vierge au Chancelier Rolin de Van Eyck. J'ai été aussitôt saisie par cette collection, qui m'ouvrait une porte jusque là fermée. Je crois, par la suite, n'en avoir guère raté un seul épisode...

 

Et surtout pas le numéro consacré à chambre de Van Gogh à Arles, n'est-ce pas. C'est l'un des plus éblouissants de la série, et il est construit comme une enquête policière. Bon, tout le monde connaît ce tableau, bien sûr, c'est l'un des plus célèbres au monde :

 

chambre-van-gogh.jpg

 

 

Il en existe trois versions, conservées à Chicago, à Amsterdam et à Orsay. Mais toutes les trois ont comme un secret (et c'est là où je veux en venir, un peu de patience voyons.)

 

Jaubert, en analysant le tableau, insistait bien évidemment sur la signification que Van Gogh lui donnait. Le peintre était venu rejoindre Gauguin en Provence, et avait une aspiration à  une vie de simplicité et de sécurité, consacrée à l'art et repoussant ses démons familiers (alcool, sexe...) C'est bien entendu paradoxal, car c'est lors de cette même période de sa vie que Van Gogh s'est coupé l'oreille, m'enfin cela nous a donné ce lumineux tableau, ce lit gonflé et accueillant, ce repos promis...

 

Mais évidemment, Jaubert ne s'est pas arrêté là. Il a comparé les trois versions, replacé précisément la chambre, situé les portes... Et élucidé un problème de perspective, exactement comme un détective. En effet, si vous regardez bien les lignes du tableau, vous ne comprenez pas comment est situé le lit : il ne semble pas vraiment être parallèle au mur, et pourtant, si...

 

Ah ! Perso je trouve ça aussi passionnant que le pied en trop de la noce paysanne de Bruegel, saperlotte :

(mais si, regardez bien, le personnage en rouge, debout, en train de porter les galettes, eh bien, il a un pied en trop !) :

pied en trop

 

 

 

 

 

 

 

Donc, un des charmes du tableau de Van Gogh est donc cette perspective chancelante. Mais est-elle aussi chancelante que cela ? Bien sûr que non : Jaubert démontre que l'angle du mur, derrière le lit, n'est pas droit. Le mur est en fait oblique, et un espace perdu existait bel et bien, dans cette chambre "idéale".

 

C'est chouette, non, de savoir ça ? Mais quel bon dieu de rapport peut-il y avoir entre le célébrissime tableau et la chambre de la maison de nos amis, mmmmhhh ?

 

Eh bien, regardez :

chambre-chez-des-amis-2.jpg

 

 

Vous apercevez Clopin sur l'immense lit, prenant la photo de l'immense miroir posé à même sol, reflétant l'immense fenêtre donnant sur le jardin, et deux portes. Celle de droite ouvre sur un placard. Celle de gauche...

 

Ces portes sont des "partis pris" : les murs de cette maison sont aussi blancs que les murs de la chambre de Vincent sont bleus. Mais les portes, elles, simplement brossées et repeintes, proviennent de meubles, en "récupération". Un des charmes de cette maison est justement l'utilisation simple, presque ascétique, d'éléments disparates. Le tout fonctionne parfaitement : la chambre de nos amis est un hâvre de simplicité, de sécurité, de fraîcheur aussi... Comme chez Van Gogh ?

 

Oui et non. Car chez Van Gogh, on est évidemment saisi par la couleur, comme le peintre fut saisi en arrivant en Provence. Le jaune, le rouge, le bleu des vêtements, la lumière solaire derrière les vitres : on sent comme une chaleur dans la chambre, encore accentuée par l'édredon... Or, chez nos amis, c'est l'inverse : la maison atténue systématiquement les violentes couleurs de l'extérieur. Le gris-bleu domine, très doux. Et je ne comprends toujours pas comment cette maison, qui est dans un des coins de France les plus écrasés de soleil, arrive à être aussi fraîche, grâce sans doute à ce blanc, ce bleu, ces baies vitrées comme autant de tableaux...

 

N'empêche que, couchée dans ce lit-là, je ressentais comme un sentiment de confort et de simplicité, pas très éloigné, j'en mettrai ma main au feu, de ce que Van Gogh ressentait devant sa propre chambre... Et puis, à force de penser à Van Gogh (alors que les couleurs étaient fondamentalement différentes, je le rappelle), je me suis demandé pourquoi je faisais ce parallèle. Il y avait là quelque chose qui m'agaçait le cerveau....

 

La nuit était tombée, et la chambre obscurcie, quand j'ai trouvé. La porte d'entrée ! C'était une question de perspective, exactement comme l'expliquait Jaubert pour le tableau ! Voilà pourquoi mon esprit revenait encore et encore à cette comparaison : la pièce renfermait le même secret !

 

J'étais si contente d'avoir trouvé que, sans égard pour le sommeil de Clopin, j'ai été vérifier : j'ai ouvert la lumière et j'ai regardé la porte d'entrée. J'avais raison : le mur n'était pas droit, et obliquait légèrement, donnant à la porte une asymétrie et à la pièce une paisible étrangeté...

 

Bon. A part ça, nous ne comprenions pas bien pourquoi nos amis avaient parlé de la vendre, cette maison. Et là aussi, je crois que j'ai trouvé. Bien sûr, ils avançaient les arguments habituels : le manque de temps pour y venir, le peu d'utilité, la difficulté des vacances avec un enfant, etc. Mais je crois surtout que, si l'idée de se séparer de ce remarquable endroit leur est venue, c'est qu'en réalité leur maison est finie. Telle quelle, son harmonie est telle qu'on ne peut plus guère y toucher... Je crois qu'inconsciemment (et même si ce n'est pas vrai, cela me plaît de le croire alors zut !) cette maison est devenue une "maison d'amis" : un endroit où l'on propose à l'autre une certaine manière de vivre (très van goghien aussi, cette façon de faire !!!)

 

Heureusement, ils vont la garder finalement : ouf !

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives