Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 11:34

J'ai écouté l'émission de France Culture "sur les docks", consacrée aux blogs, surnommés "journaux extimes" pour exprimer leur filiation avec les journaux intimes d'autrefois - et cela m'a ramenée immédiatement à celui que j'appelle "Jim" ici. 

 

Jim était déjà malade quand il m'a mise au courant : son journal intime, déposé auprès de l'APA, allait servir à une chercheuse universitaire, qui allait publier un livre sur le thème des pratiques sexuelles de la jeunesse des années 70.

 

(Je me souviens avoir légèrement frémi à l'annonce de cette nouvelle; et quand je dis "légèrement", je crois bien que j'en ai blêmi !!!  Je suis arrivée plus tard, dans la vie de Jim, que la période en cause, mais mon nom apparaît bel et bien dans son journal. Oh, je sais fort bien que  le grand amour de la vie de Jim n'est pas moi, mais son amie précédente, qui a justement traversé les années 70 avec lui. Cependant, la trace de notre relation, et notamment nos "pratiques sexuelles", est bel et bien présente dans certaines pages ... Ma réaction a donc, au départ, été toute d'égoïsme : j'en ai voulu à Jim d'avoir ainsi exposé mon passé. Mais bien entendu, ce n'est pas "mon" passé dont il est question, mais "notre" passé, à Jim et à moi-même, et avant tout le sien. Et je connais l'écriture de Jim : il n'y a absolument rien de pornographique ou de crapuleux dans son Journal. Et puis, franchement, comment une fille comme moi pourrait-elle s'opposer, de quelque manière que ce soit, à une recherche universitaire, alors que j'éprouve le plus grand respect pour les chercheurs ?)

 

Je connais bien le journal intime de Jim. J'ai feuilleté ces carnets, tenus depuis son adolescence jusqu'à l'arrivée de sa maladie. Il n'en faisait aucun mystère, et le faisait lire à ses amis, s'ils le désiraient.

 

Le journal de Jim a une forme très particulière : pendant des années, il a écrit au jour le jour, plusieurs fois par semaine au minimum. Puis, à partir d'une certaine date, il a repris ses anciens carnets, et a commenté un jour, le "mercredi", de chaque semaine. Chaque commentaire comprenait une appréciation de l'ancien message, d'une part, et une information sur ce que vivait Jim en temps réel, de l'autre. C'était assez fascinant, et me rappelait le livre "l'emploi du temps" de Michel Butor, lui aussi construit en miroirs, d'une période décalée à une autre. 

 

Je ne suis nullement surprise que ce journal ait attiré l'attention d'une chercheuse. Jim s'y livre avec sa franchise habituelle, et l'acuité de ses analyses psychologiques (pour parler clair, l'opinion qu'il portait sur lui-même et ses amis) est vraiment surprenante.  Son style est très éloigné d'une écriture littéraire, car Jim ne cherchait pas à écrire une oeuvre,  mais cependant remarquable de clarté et d'intelligence. En ce sens, le témoignage de "Pierre", entendu à l'émission d'hier sur les journaux extimes, est ce qui se rapproche le plus des carnets du Journal de JIm. Sauf que ce Pierre semble avoir une sorte de souffrance sociale, que n'éprouvait pas JIm, au contraire : il était assez content de lui, en fait. Mais la voix de ce Pierre, son calme, son ton posé, m'ont vraiment ramenée au Journal de Jim. Et je me suis rendue compte que j'avais envie de le feuilleter à nouveau, ce Journal, de l'avoir près de moi. 

Or, c'est impossible. Jim, je ne sais si c'est par prescience, l'a déposé auprès de l'APA, association de protection des journaux intimes. Quand on connaît la terrible maladie qui le frappe désormais, c'est un soulagement, une consolation de savoir qu'il l'a fait. (même si une chercheuse va s'en servir pour soulever des draps désormais refroidis, ahahah). 

Mais plus la maladie de Jim avance, plus les rencontres avec lui sont frustrantes, puisque ce n'est plus vraiment Jim qui est là, mais un autre être, vulnérable, qui lui ressemble physiquement c'est tout. Et je crois, je suis sûre, que le vrai Jim est désormais dans les pages déposées à l'APA. Cette consolation recèle donc, aussi, sa pointe de cruauté. Car du coup, si son Journal est en sûreté, il est devenu inaccessible.

Néanmoins, je rermercie de tout coeur l'association, et aussi PHilippe Lejeune, auteur du "pacte autobiographique". Savent-ils qu'en archivant ce Journal, c'est le "vrai Jim" qu'ils préservent ainsi ? 

lien de l'émission que je vous recommande :

lien du blog de "Pierre" :

Et puis, une musique-souvenir. Je revois Jim, un peu rouge, un peu suant, assis devant son piano "quart-de-queue", posant ses mains trop courtes sur le clavier, une serviette sur les épaules, et se lançant dans cette chanson, à toute berzingue, mais avec infiniment de justesse. C'est un soir de décembre, la petite maison de Rouen

 

est pleine d'amis, nous braillons tous à qui mieux mieux, et Jim joue...

 

 

Partager cet article

Published by clopine - dans Vies de Jim
commenter cet article

commentaires

JC 20/02/2011 10:21



J'ai du mal à comprendre le placement en maison d'enfouissement, l'APA, d'un Journal, avec interdiction d'accès aux personnes importantes racontées,
après l'avoir fait lire couramment aux amis qui le demandaient ?...


Peu d'éthique, là dedans et peu de courtoisie, non plus ... (j'arrête, on ne tire pas sur une ambulance ...)



Pierre 19/02/2011 20:07



Bonjour Clopine.


Ce que vous dites de Jim et de sa maladie qui transforme son être est touchante. Je comprends bien que vous ayez envie d'avoir accès au "vrai" Jim...


Il n'est impossible d'avoir accès à son journal s'il a fait une demande en ce sens. Dans le cas contraire je crois savoir que la consultation est possible, après entretien. Il faudrait vous
adresser à l'APA pour savoir ce qu'il en est.


Ce que vous dites autour d'un vécu commun raconté dans un journal recoupe mes préoccupations puisque j'ai été confronté à des cas similaires. Dans le journal de Jim il est question de votre
relation, et de vous, Clopine, mais vu selon le regard de Jim. Comme vous le dites, et c'est difficile à accepter, la perception que l'autre à de nous lui appartient totalement. Dans
l'autre sens il y a dans ce que vous avez partagé une part de votre vie privée qui ne lui appartient pas. C'est bien toute la difficulté à cerner l'intime du privé. Depuis des années que je
réfléchis sur le sujet je ne suis pas parvenu à détérminer une limite nette et précise. C'est presque une question d'éthique. Dans le doute je m'abstiens d'évoquer ce qui pourrait porter
atteinte à d'autres...


Pour l'anecdote, j'ai envie de vous dire que je connais votre nom depuis longtemps. C'est sur le défunt forum de Télérama que je vous ai découverte, il y a fort longtemps. En fait nous
nous sommes "croisés" puisque j'ai quitté ce forum à peu près au moment où vous commenciez à vous y épanouir (sans aucun rapport entre les deux mouvements). Depuis j'ai vu de temps en temps
votre signature ici et là, sur quelques blogs, amusé de vous savoir toujours exister dans ce monde d'internet en perpétuelle mutation.


Bonne soirée !



Marc de Metz 19/02/2011 19:14






 


Je découvre un peu de la problématique de ta vie…


Modérer ses commentaires n’est pas chose rare sur OB. Je sais celles et ceux qui le font
avoir de bonne raisons.


Je passe te déposer ce message d’accueil. Il est celui que je laisse à qui nous rejoint dans
notre communauté.


 


Bonsoir. Je vais accueillir « officiellement » demain matin ton blog. Aujourd’hui,
je viens de l’accepter avec plaisir, parmi ceux des Architectes d’intercoeurs. Demain je publierai un article sur mon blog pour y annoncer son arrivée. J’ai rajouté dès maintenant sa bannière
dans la galerie des Architectes d’intercoeurs. Celle-ci est accessible en permanence au début de mon blog dans le module « Rencontrer les Architectes d’intercoeurs ». J’ai de prêt sur
mon blog un article pour y annoncer ton arrivée. Je te souhaite la bienvenue en te remerciant d’avoir souhaité nous rejoindre parmi les belles personnalités et les beaux talents que tu connais
peut-être déjà ou que tu découvriras, si tu le désires. La solidarité est une valeur partagée par beaucoup d’entre nous. Je suis heureux que tu nous rejoignes. Je te souhaite une très belle fin
de cette journée. Je ne peux que te proposer de ne pas hésiter toi aussi à aller à la rencontre des Architectes d’intercoeurs. @mitié, Marc de Metz.


 



Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives