Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 03:46

Ce n'est pas la chatte qui m'a étonnée, mais c'est Jim...

 

La chatte, j'en ai déjà croisé des comme elle :  des petites bêtes sinueuses, pas encore complètement développées, mais qui, pour leur âge, ne font quand même que le tiers, en taille et en poids, des chats domestiques. Ce sont des bêtes abandonnées, ou errantes, mises bas par des mères prises trop jeunes et pas assez nourries. Elles n'ont généralement pas une espérance de vie bien longue, car elles aussi seront couvertes avant leur temps, et se reproduiront à la va-comme-je-te-pousse, sous un tas de bois ou derrière des gravats, en s'épuisant... Les mâles non plus ne sont pas bien gros.  J'en ai vu beaucoup un certain soir à Mostar, de ces chats,  près du Pont. Ils  mendiaient aux tables du restaurant où nous étions assis, dans le jardin. Elles n'étaient pas farouches, ces bêtes, non. Simplement en perpétuel mouvement, inquiètes et à l'affut. Les symboles mêmes de la misère...

 

Celle de Jim ne fait pas exception à la règle. Sa queue est courte,  trop fine, pas assez fournie pour bien équilibrer l'ensemble de la silhouette. Ses yeux sont un peu trop grands, et se fixent un peu trop longtemps sur vous, avant qu'elle ne vienne se caresser à vos jambes. Elle a le pelage qu'il faut pour passer inaperçue : c'est une de ces "écailles de tortue", tricolore, où le fauve s'atténue dans le noir, où les taches rousses dissimulent leurs contours dans le bigarré. C'est Mehdi, évidemment, qui la nourrit, en posant sur le sol l'écuelle où il verse les restes de leurs repas. Mais c'est sur les genoux de Jim qu'elle saute. 

 

C'est cela qui a radicalement changé : l'attitude de Jim envers la chatte. Jim, "avant", n'a jamais vraiment fait attention aux chats, ni d'ailleurs aux autres bêtes. Il consentait, certes, à partager son toit avec un certain nombre d'animaux... à condition que ce soit les animaux "des autres", et qu'il ne soit en rien concerné par les soins à leur donner. A cette condition seulement, il pouvait rire de bon coeur des mésaventures  des chats, qui se coincent dans les tiroirs, sont coursés par les chiens ou tombent des chaises, et  accepter de découvrir, au pied de son lit, une petite colline pelotonnée et ronronnante, qui cherchait la chaleur. Mais je ne l'avais jamais vu, de lui-même, appeler une bête près de lui.


Tandis que là, non seulement la main de Jim, infatigable, parcoure tout le long du dos de la petite bête, et la gratte précisément là où les chats aiment être grattés, entre les deux oreilles pointues et dressées de plaisir, mais encore il parle d'elle avec un attendrissement dans la voix que je ne lui connaissais pas. Il raconte, malgré les immenses  difficultés qu'il éprouve pour trouver ses mots, combien il aime qu'elle dorme avec lui, et combien elle est douce... Elle le calme visiblement, et la grande colère qu'il exprimait, il y a un mois encore, envers l'univers en général et son curateur en particulier, disparaît au profit des douceurs procurées à  la "pitchoune" qui ne le quitte plus.

 

Je crois que c'est Mehdi qu'il faut remercier pour cet apaisement. Comme la Jeanne de Brassens,  ce mince petit bonhomme attire à lui, décidément, tous les chats perdus, et s'occupe d'eux de la même manière qu'il s'occupe de Jim : avec le naturel de l'évidence...  Moi, qui ne pourrais vivre sans mes bêtes, je suis sortie réconfortée de la maison de Jim. Certes, il n'est plus du tout la personne que j'ai autrefois connue, "et de si près tenue", n'est-ce pas... Mais qu'importe, si sa vie de malade peut être éclairée ainsi, par les beaux yeux d'un chat ? 

 

 

 

 

34.steinlen.jpg

 

 

Partager cet article

Published by clopine - dans Vies de Jim
commenter cet article

commentaires

rose 08/04/2012 22:44


Parce qu'il y a une communication hors les mots avec la chatte. Elle sent. Lui, Jim, n'a pas besoin de parler, elle sait. De sauvage elle rentre les griffes, d'inquiète, elle sait qu'elle n'a
rien à risquer. Ils se côtoient, s'acclimatent, se tolèrent, s'aiment. Il pensera à lui faire à manger avant de se faire à manger à lui, aime qu'elle dorme là mais la laisse dormir ailleurs, elle
est seigneur et maître en sa demeure. Acoquinés ils sont, copains comme cochons, pour le meilleur, et pour le pire.


Qu'il tarde le pire, qu'il tarde.

stoni 08/04/2012 13:06


Paul Edel mon pote, ton commentaire fait vraiment appréciation de prof de français ! Déformation professionnelle, peut-être ?


Non je dis ça car je trouve ça toujours un peu bizarre le mecs qui donnent leur avis sans qu'apparemment on leur ait demandé (après peut-être que Clopine te demande toujours ton avis sur ses
articles, et dans ce cas là je dirais au temps pour moi).

Cactus 08/04/2012 12:29


juste l'ha que moi , Jacques ! j'y suis passé hier soir mais n'y retourne jamais chez Passou  ! entre les jambes j'ai juste de l'air pour les belles parties !

Jacques Chesnel 07/04/2012 18:30


merci d'avoir signalé mon blog aux mâââles de la RdL... vous avez vu le résultat, tous la queue entre les jambes... et encore ! et l'autre TKT qui n'a pas compris le sire concis !!!

paul edel 07/04/2012 18:05


curieuxClopine, dés que vous parlez de Jim, tout part d'un point d'irradiation douloureux et nu qui donne à chacun de vios phrses un ton,une tension, untoiutn un sillage qui vient sans doute du
coeur, du passé, de votre lien si fort avec cet homme et ça devient tres ,irradiant  émouvan car il y a un sous texte et une basse continue qui fonctionne à chacun de ces textes sur Jim. ce
que vus avez de meilleur est là.,oui c'est subit, et nu et une corde vibre  c'est d'autant pus frappant que vous avez écri la veille une nouvelle d'une constrciton intellectuelle
interessante mais d'une secheresse qui ne réussit pas à élouvoir : un côté rigide,appliqué. 

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives