Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 09:17

IL semble que les auteurs de "La Conquête" aient oublié la force formidable du processus d'identification. Base de la création romanesque, ce processus joue aussi en plein, encore plus d'après moi, au cinéma. Vouloir rendre compte de la montée au pouvoir de Sarkozy enchante le lecteur du Parisien, réjouit celui du Figaro, et plonge dans l'expectative celui de Libération. C'était pourtant à prévoir : quand on dresse le portrait d'un homme, ses défauts les plus éclatants deviennent des faiblesses humaines, ses victoires deviennent les vôtres, et ses peines sont ressenties de l'intérieur.

 

Un des défauts les plus évidents de notre Président est le traitement qu'il fait du langage. Le mot fait droit pour un Président, un candidat à l'élection doit en être convaincu, et dans la bataille qu'il engage, le slogan de Match "le poids des mots, le choc des photos" prend un sens forcément politique. Or, un film qui nous montre les coulisses va rapetisser les dérapages sarkozystes en la matière (et quand je dis "dérapages !)  au quotidien de chaque spectateur. Qui n'a pas piqué sa crise, au petit déjeuner ? L'identification va donc jouer en plein, en la faveur du sujet du film...

 

Cécilia Sarkozy est une pouffiasse arriviste imprégnée des valeurs de sa classe sociale,  qui s'est tapé Jacques Martin vieillissant, barbote dans le blinbling et n'a, en aucune manière, les qualités humaines et réflexives d'une Danièle Mitterrand (par exemple). Mais le film va forcément enclencher  une identification positive : ce sera la femme qui se rebelle et s'en va...(retrouver un autre sac d'or, m'enfin bref).

 

La vie politique de Sarkozy est orientée par une politique de communication à l'américaine, c'est-à-dire où l'on demande aux gens de s'identifier à un homme, non à des idées. Faire un film qui est en plus une 'succes story" (puisque chacun en connaît la fin, le héros gagne et obtient ce qu'il désire) ne peut en aucun cas permettre une quelconque réflexion, une quelconque mise à distance, du spectateur. Tout juste pouffera-t-il, comme on pouffe aux Guignols de l'info (qui ont, au passage, rendu Chirac diablement sympathique....). 

 

Le film ne fait donc, inévitablement, que flatter le sarkozyste dans le sens du poil. Quelles qu'aient été les intentions du réalisateur, celui-ci a juste oublié que l'on s'identifie au héros dont on contemple les aventures, les péripéties, les vicissitudes et les victoires.

 

Et moi, franchement, je n'ai aucune envie de m'identifier à Monsieur Sarkozy. Que l'individu réel soit minable ou héroïque, peu me chaut. Ce que je sais, c'est qu'il est le défenseur, le promoteur et l'indéfectible soutien d'une classe sociale qui se sert des lois de la République pour défendre ses intérêts bien compris. Mais ça, comment une historiette anecdotique pourrait-elle le faire comprendre ? 

 

Post-Scriptum : Je me rends compte que mes désillusions ne me rendent pas plus cynique pour autant. Juste plus triste, un peu. Pour un film sensé comique... Ben c'est raté d'avance. La misanthropie me gagnerait-elle ?

 


 


Partager cet article

commentaires

Versus 20/05/2011 19:30



Excusez-moi d' intervenir mais je trouve que pour des donneurs de leçon de démocratie et de tolérance, votre Clopin prend les commentateurs pour des poireaux
ici !


Je trouve les interventions de JC marrante et souvent pleine de bon sens...Et je viens ici aussi pour le lire .


Tiens pour le message d' après..


." Un candidat qui a connu la condition ouvrière ", est-ce là la qualité requise pour diriger un état ? Et ces bourgeois que vous vous étonnez de trouver à
gauche, venez en province et vous verrez ces notables  au pouvoir pour certains depuis plus de trente ans !


Ils ne partagent pas le pouvoir, ils aiment le pouvoir !


Un bourgeois, ça n' a pas de parti, mais ça b...à tous les rateliers, allez mettez-nous un coup de Brel...les moutons par exemple !


Ciao !



Clopin 20/05/2011 19:19



Bon ben tant pis ! On ne pourra pas dire que je n'aurai pas tout fait pour que le JC nous lâche les baskets... C'est plus fort que lui ! Va falloir faire avec ! Clopine ne va quand même pas le
censurer ! Mais bon...



JC 20/05/2011 17:29



Ton point de vue est personnel, mon Clopin, terriblement, étroitement, personnel !


(il est facile pour la taulière d'interdire l'accès de son blog : il suffit qu'elle le décide ! Je suppose qu'elle le fera pour
faire plaisir à son bonhomme ...? Tant qu'elle ne le fera pas, je serai là ...car une porte ouverte est une porte ouverte. et un plouc, un plouc !)



Clopin 20/05/2011 14:44



En fait, je vais être plus précis : JC, tu es vraiment un gros lourd avec tes avis sur tout, prenant à plaisir le contrepied de toute affirmation pour le plaisir de la polémique. Serais-tu assez
obtus et imbu de ta personne pour ne pas te rendre compte que tes commentaires criards (pour la forme) et stériles (pour le fond) découragent bon nombre de visiteurs de s'exprimer et ainsi
d'enrichir le débat ?


 



Zoë 20/05/2011 14:35



Oui, d'autant que ça sert  de repoussoir aux visiteurs de ce blog qui renaclent à se faire éventuellement insulter.


Je suis assez d'accord avec votre analyse Clopine. Rien de plus dangereux que ces films prétendant mettre en lumière les dérives d'un homme et qui flattent en chacun les petites faiblesses. Je ne
sais pas encore si j'irai le voir. Il y en a tant d'autres que je n'ai pas encore vus!



Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives