Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 12:41

Je me sens si rassérénée, si étonnée aussi - un peu comme une personne persuadée de marcher dans des sables mouvants, et qui sent soudain, sous ses pieds, une planche solide qui traverse le marais de bout en bout... Il faudrait, comme pour les soldats, ériger un monument "au prof inconnu" - celui qui, sans vous connaître autrement que par les traces de vous que l'on peut deviner dans votre progéniture, fait basculer la vie de votre enfant dans un sens qui vous plaît infiniment.

 

Pouh, quelle phrase : si, après ça,  on ne s'aperçoit pas que je relis Proust en ce moment...

 

Allez, je vous raconte.

 

Nous étions, Clopin et moi, un peu abasourdis devant Clopinou. Celui-ci, entre autres procédés adolescents visant à tuer le père, la mère,  le frère voire toute la famille, plus le chien par dessus le marché,  trouvait parfaitement logique de dénier tout autre intérêt aux études que celui, purement pratique, de  fournir un moyen de gagner le plus d'argent possible. Nous avons des amis à qui c'est arrivé :  plutôt de gauche, altermondialistes, écolos et généreux, ils se sont retrouvés avec un fils trader à Londres, et l'autre embarqué dans une "carrière" qui comprend, entre autres compromissions avec un ordre du monde injuste,  un mariage catholique avec une fille de la grande bourgeoisie. Ah là là. J'en tremblais d'avance...

 

Et j'en étais arrivée à bénir les mathématiques, car Clopinou ne les aimait pas trop, ce qui lui "bouchait" l'accès à HEC (ouf !) . Cependant, les différents projets du Clopinou, devenus flous, ne comportait jamais la marque de l'intérêt ou de la passion. Et c'était toujours en terme de "carrière" (diplomatique ?) ou "d'argent" que Clopinou projetait son avenir devant nous.

 

Clopin a fait intervenir le frère aîné, qui jouit d'une autorité non niable chez le petit frère, depuis toujours. Et encore plus depuis qu'il est devenu ingénieur informatique dans les jeux vidéos, à Montréal... Le grand frère a ainsi soufflé au petit que certes, gagner de l'argent est fort rassurant voire agréable, mais qu'il faut aussi pouvoir le dépenser, donc disposer de temps . L'argument, tout pratique et non idéaliste, devait porter son germe chez Clopinou, qui n'a jamais fait preuve d'un quelconque sentimentalisme...

 

Mais ce n'était pas suffisant pour remporter le morceau. Et c'est là que mon prof inconnu (enseignant en prépa Turgot) intervient. Car si Clopinou semble mépriser l'étude comme moyen d'acquisition de Savoir, et  lui accorde juste l'intérêt du Pouvoir, il a cependant toujours su distinguer certains de ses profs - le prof de français de quatrième, la prof d'anglais de seconde, les profs d'économie et de philosophie de la terminale. Quand il en parlait, sa voix se chargeait d'une sorte de respect, que j'ai retrouvé hier, incidemment, au sujet de  son prof d'économie.

 

Clopinou ne m'a pas dit son nom, mais c'est bien à la suite de conversations avec ce prof, visiblement admiré, qu'il a bâti le parcours qu'il va tenter d'accomplir (et mes voeux de réussite l'accompagneront, cette fois, sans aucune réserve !)  A savoir la réussite au concours d'entrée de l'ENS (paraît qu'il a toutes ses chances), une filière axée sur l'économie, "l'agrégation à 24 ans" (mon Clopinou ne manque pas d'ambition),pour accéder à  une carrière universitaire qui lui permettrait à la fois de s'assurer un revenu confortable tout en préservant son temps de loisir,  avec, en parallèle, "parce que cela l'intéresse vraiment " (alléluia !!!), des études de philosophie.

 

J'ai juste appris que "son prof avait voté Mélenchon", et qu'il influence tant Clopinou qu'il se verrait bien, plus tard, enseigner à son tour l'économie au lycée Turgot, ou dans un lycée équivalent loin de Paris.

 

Car Clopinou, comme moi, n'est pas attiré par la capitale. Nous partageons tous les deux une certaine stupéfaction devant la brutalité de la vie parisienne, qui ne peut être adoucie que par le pognon, ce qui personnellement me débecte un peu. Certes, si une voiture de maître vous conduit faire vos courses chez Fauchon, vous appréciez à sa juste valeur la beauté de la Ville, protégé que vous êtes d'une certaine réalité. Mais si vous devez vous enfoncer dans ses entrailles, c'est une autre chanson. Les trajets en métro sont stupéfiants d'horreur - ce que Clopinou décrit comme "le métro ? Tu y es juste une merde, parmi des milliers d'autres merdes." Il ajoute : "bon, il y a quand même un peu de solidarité, mais ce sont juste quelques gestes codifiés, et accomplis sans aucune sorte d'échange".

Il a ainsi repéré :

- l'aide à la descente de poussette, quand un escalier se présente. Mais si l'aidée remercie, l'aide, lui, s'éloigne sans un mot.

- les portes de sortie maintenues de la main pour le suivant, là aussi sans un regard

- la cession de la place assise pour les personnes âgées.

 

Mais, comme moi, il peut difficilement supporter la mendicité, la vraie, la terrible (celle qui n'existait pas dans mon enfance). La mère roumaine portant un enfant trop lourd et trop grand, qui souffre d'être encore tenu dans les bras, mais il faut apitoyer à tout prix. L'homme encore jeune et au regard vitreux. Toute la petite humanité souffrante dans la grande indifférence des "milliers de merde",  parce qu'on ne peut donner à tout le monde. Les corps qui trouvent moyen de s'ignorer dans la promiscuité. L'air lourd, nauséabond, malsain - Clopinou se plaint de douleurs aux poumons.

 

Nous avons beau lui vanter la richesse culturelle incomparable, les opportunités de sorties, de concerts, de cinémas, les musées et l'histoire architecturale, il balaie le tout d'un revers de la main. Il est persuadé que la vie dans une grande ville de province, comme Rennes par exemple (où existe une antenne de l'ENS) offre tout autant de prise à la culture, tout en préservant les habitants de l'égoïsme insensé et de la rudesse de Paris.

 

Je ne lui donne certes pas tort...

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives