Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 08:54

Tous les matins, je descendais à "République". Je n'ai jamais trouvé la bonne sortie, malgré les points de repère que je tentais de prendre, tant la vie hypogéenne du métro parisien me désorientait. Je dus faire ainsi, souvent, le tour complet de  la place, parfaitement encombrée de travaux nécessitant  palissades, engins d'excavations, ouvriers fluorescents, le tout entouré  d'un flot continu de bruits perçants et d'automobiles agressives, hurlantes au ras du pavé défoncé. 

Elle est grande, la place de la République, et le froid s'y engouffre plus qu'ailleurs, me semblait-il. Mais ce n'était peut-être qu'une impression, tant ici la métaphore marchait à plein. Je regardais les figures, aussi impassibles que celles des  fleuves de Rimbaud, des piétons de Paris qui marchaient, pressés et peu aimables,  contournant comme moi les si nombreux obstacles. N'avaient-ils pas, eux aussi, le sentiment qu'on exhibait ainsi l'état réel de notre République tout entière ? Que cette place, avec  ces trous, ces encombrements, ces séparations hirsutes, cette agitation et la destruction systématique du pavage du sol "signifiaient", de la manière la plus prosaïque, le délabrement de nos institutions, la fouille dans les tiroirs retournés des Caisses de l'Etat et l'agressivité avec laquelle on sapait les fondements de notre culture ? 

 

Le bordel y est si complet, dans cette place de la République, qu'on en vient à douter qu'elle puisse un jour être remise en état : je souhaite bonne chance aux successeurs des destructeurs... 

 

Pourtant, mon séjour parisien avait si bien commencé....

 

Nous avions passé la journée du dimanche, Clopin et moi, à Orsay. Et nous avions réussi à contourner l'inexorable interdiction, qui fait bouillir Clopin :

 

get-attachment-12.aspx.jpeg

 

 

Il faut comprendre qu'il est photographe, et que, s'il  admet parfaitement que les flashes peuvent détériorer les toiles, il a du mal à supporter qu'on interdise la photo "courante", qui n'a pas d'effet sur la peinture. D'autant que les téléphones portables, eux, crépitent à tout va, et que certains musées autorisent les photos, d'autres non, sans explication de cet arbitraire. Je ne sais pas s'il a raison, mais Clopin estime que l'interdiction de prendre des photos (hors flashes) vise uniquement à augmenter les ventes des cartes postales tirées des tableaux les plus célèbres. Et de tempêter : lui cherche plutôt les détails, et ne tentera pas de capturer, dans son appareil, Olympia ou une cathédrale de Monet....

 

Bon, il a quand même pris (mais c'était pour me faire plaisir), en entier, le portrait de Proust par Blanche. Mais on n'y voit pas réellement ce qui, sur place,  m'a le plus émue : à savoir la minuscule  épingle  de cravate qui, sous la lumière étudiée du Musée (parfaitement réussie, contrairement au musée de Lille), laisse apparaître le petit supplément, le petit  renflement de peinture que Blanche a utilisé, et qui luit sur le tableau, se détachant du mousseux de l'écharpe, comme un adorable et précieux petit bijou. Une perle ...

 

get-attachment.aspx-copie-2.jpeg 

Partager cet article

commentaires

Cactus 04/02/2012 19:05


Bien sûr Clopine : depuis deux ans je consacre TOUT mon temps à sa bipolarité ! je parlais de mon père à coté de qui je suis et il est passé sans le voir ou me voir !

excelleChesnel Jacques 03/02/2012 17:38


délicieux billet, comme dirait Popol Edel... mais la tronche à Marcel en plus ???

clopine 04/02/2012 14:22



Vous êtes un tantinet injuste avec Paul, Jacques, il ne le dirait pas tant que ça d'abord (je souris, là.) La tronche à Marcel faisait partie du voyage, voilà tout. 



Zoë 03/02/2012 16:30


On la voit bien briller , la perle. Lors de mon dernier passage à Paris, j'ai pu éviter la Place de la République, pas la puanteur du métro, ni les innombrables mendiants qui s'y succèdent.

clopine 04/02/2012 14:23



Zoé, j'ai fait la lecture à un Rom dans le métro - j'ai ainsi appris que ce sont des flics qui leur serviront d'interprètes lors des procès parisiens, ce qui m'étonne scandaleusement ...



stoni 03/02/2012 11:35


Si la place de la République reflète l'état de la République française, moi, je dis qu'il faut la rebaptiser : place de la Révolution (c'était d'ailleurs le nom de la place de la "concorde").

clopine 04/02/2012 14:25



Ben avant tout, Stoni, y'a le petit bulletin dans l'urne, non ? (d'autant que je crois bien que les travaux de Paris, en vrai et sans faire comme moi de la littérature, sont putôt sous l'autorité
du socialiste Delanoë. Il faut être une provinciale pour y voir une métaphore !


 


Prends soin de toi, jeune Stoni, n'attrape pas froid surtout. 



Cactus 03/02/2012 11:19


C'est bien cette amitié entre un fils et une mère :  que de choses vous devez vous apporter ainsi tous deux ! tu es veinarde Clopine mais tu le sais ! la génération de mes ( nos ? ) parents
interdisait que s'instaure un tel rapprochement , non ? finalement , moi , mon père je ne l'ai jamais vraiment connu et lui n'a jamais su s'y prendre pourtant on vécut longtemps sous le même toit
mais pas toi toi mon toi ! je te remets donc un Cactus d'or mérité ! continue à nous chanter ainsi ! sissi !


bien à toi !

clopine 04/02/2012 14:27



Tu sais, Cactus, Clopinou n'est pas exempt des maux de son âge, et plus particulièrement d'une nette tendance à prendre ses géniteurs pour de vieux ringards... Mais bon, la gourme est toujours
tenace, mais on en vient à bout. Et je crois que tu es, malgré toutes les vicissitudes la vie, un père présent, non ? (enfin il me semblait.)



Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives