Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 10:48

Le hall d'honneur du Rectorat de Rouen comprend quelques statues disparates, soit  imitées de l'antique, Minerve et son casque, soit nu allongé  façon Pauline Borghèse, etc. Vous ajoutez un escalier d'honneur aux belles proportions, se séparant en deux ailes à mi-hauteur sous une tapisserie d'Aubusson, recouvert d'un tapis évidemment rouge, garni de  deux fauteuils de velours rouge assortis à une banquette cloutée, et vous avez tout ce qu'il faut pour inspirer une saine timidité au bon peuple rouennais. 

 

Bon, les ors de la République ne nous intimident pas tant que cela, le Clopin, le Clopinou et moi-même.. Mais nous  avions cependant de fort bons motifs d'afficher une mine contrite, et d'observer une prudente réserve : n'étions-nous pas là pour  plaider la cause  d'un galopin qui, compromettant son inscription dans l'enseignement supérieur, s'était rendu coupable d'une suspicion de fraude au baccalauréat ? 

 

Le portable (éteint et sans connexion internet certes mais !) dans la poche, bravant ainsi le Règlement, l'année même où les dispositions concernant les nouvelles fraudes, dites "technologiques", étaient revues à la sévère et renforcées d'autant, Clopinou faisait très fort. 

 

Cela faisait un mois que nous nous débattions, entre informations contradictoires (la Commission de discipline prévue en juillet se révélait se réunir en août), exigences des établissements (Janson de Sailly ou Sciences Po qui ne gardaient en réserve les places acquises que sous obligation de montrer les notes avant une certaine date...), risques pris (location d'une chambre à Paris, avec caution de plus de 7000 euro, sans la garantie d'inscription du Clopinou), démarches auprès d'un avocat, d'amis anciens proviseurs ou autres, annulation d'une location de vacances avec perte de la caution,  bref, l'été était chaud :  au moins dans nos têtes bouillantes...

 

Et nous avions enfin  obtenu ce rendez-vous dans les services du Rectorat. Clopin avait acheté le matin même une veste claire pour l'occasion, j'avais enfilé un pantalon blanc et Clopinou avait sa plus stricte chemise à carreaux, et disons qu'il s'y tenait !  

 

Quant à nos souliers, vous imaginez bien qu'ils étaient tout petits. 

 

Nous avons échoué dans un couloir sobrement éclairé, où de valeureuses fonctionnaires fatiguées, en qui je reconnaissais des soeurs  tant je connais ce travail de bureau qui est d'autant plus intense qu'on en étouffe les bruits derrière des portes closes, passaient rapidement. Et puis nous avons entendu le bruit précis, sec et revigorant de deux talons sur le sol : une marche nerveuse, que rythmait le bruit de la compétence - talon droit- et celui de l'énergie - talon gauche. Nous nous sommes regardés : pas d'erreur, la mince jeune femme déterminée, jupe blanche et chemisier rouge, cheveux blonds soigneusement lissés,  qui passait ainsi devant nous était forcément un des cadres supérieurs du rectorat, mobilisée pour nous recevoir. 

 

C'était un bon signe tant elle était avenante, et l'autre personne qui nous reçut, homme grand et impeccablement habillé d'un costume strict, en était un autre : fort courtoisement, ces deux fonctionnaires nous ont permis de nous exprimer, ont interrogé Clopinou, ont rappelé la règlementation et les procédures, ont mis en garde le jeune homme sur les épreuves qui l'attendaient... Et ont enfin, au bout de vingt minutes de charbons ardents, versé l'eau bienfaisante de la bienveillance refroidissant le tout.  

Le dossier scolaire, qui rendait peu probable l'intention de frauder, l'impossibliité matérielle,  permettaient à Madame la Rectrice de dispenser de Commission le Clopinou repentant.  Non sans lui fiche une bonne frousse, cependant... à lui et à ses parents ! 

 

Nous sommes sortis fort soulagés, le bac avec mention très bien et félicitations du jury en poche : Clopinou a eu la note de 18,10/20, avec un seul petit "14" en philo, mais il faut dire que c'était pendant cette épreuve que l'incident s'était passé, soit une demie-heure en moins et une certaine perturbation chez l'infernal garnement ! Tout est bien qui finit bien,  mais cependant,

 

Qu'allions-nous faire, je vous le demande un peu, dans cette galère ? 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

judith 23/07/2012 09:29

Bravo our ce reultat qui ne me surprend pas .avec les felicitations du jury ,HIV me semmble tout à fait possible amitiés judith

rose 21/07/2012 02:08


>Lavande


pour vous



« Ce qui distingue l’homme de la bête,ce n’est pas l’intelligence,c’est la faculté d’espérer »
André Kédros-L’Absence à vif



Rédigé par : titi | le 16 janvier 2008 à
22:51 


sur le blog de pascale robert diard


Je ne sais pas comment vous le dire mais c'était essentiel pour moi d'obtenir ce poste. Ne développerai pas ici. Un jour, j'aurai l'occasion de vous expliquer. Quand vous allez en Avignon, vous
passez par chez moi, ou pas loin. Je vous le dirai de vive voix. En attendant, je pense à vous, pour que la roue tourne et que vous trouviez quelque soulagement dans les épreuves (je croise même
les doigts). Gardez confiance.

JC 20/07/2012 13:51


Tout est réglé ?


Ah ? ......

Lavande 20/07/2012 11:29


Grand soulagement pour vous et espérons une bonne leçon pour Clopinou.


De toute évidence il est extrêment brillant mais celà ne suffit pas quand on vise des postes à haute responsabilité. Comme le dit Talweg avant de prétendre commander il est bon de savoir obéir,
sans prendre son interlocuteur ou son supérieur pour un con (... même s'il l'est un peu!). Un minimum de modestie ou d'humilité ne fait pas de mal. Quant au beau mot de "rebelle", il est
abondamment galvaudé. J'ai beaucoup d'estime et d'admiration pour les rebelles qui sont entrés dans la résistance pendant la guerre; moins pour ceux qui quittent une séance d'auto-école avant la
fin sans se demander ce que ça donnerait si tout le monde se permettait les mêmes fantaisies.


Bref vous aurez peut-être compris que contrairement à Rose, je ne suis pas dans une bonne phase.


Au fait, une caution c'est normalement 2 mois de loyer au maximum?


 

rose 20/07/2012 00:34


Une galère c'est fait pour y entrer et en sortir ; la voie normale est de changer ensuite d'esquif. Et de galère en galère, (éviter en passant le Titanic) on va vers les alizés et Gauguin.


Un superbe escalier à double colimaçon dans le château aux portes fenêtres donnant sur le parc dans India Song, ah les châteaux !


 


J'ai fini aussi mes charbons ardents, ce doit être l"époque. J'ai obtenu ma mut. Après un entretien qui a duré deux heures sans pause aucune. J'ai désormais à rattraper quinze jours de sommeil
manqué, puis à bosser.


 


C'est le pied.


 


Bravo Clopinou.


Mon papa m'a dit "la chance sourit aux audacieux". Je suis allée à l'entretien sans rendez-vous. Il en avait les larmes aux yeux. Qu'arrive-t-il à mon papa ?


 


Clopinou, bravo... de tout coeur.


 

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives