Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 12:58

Ce blog entre doucement dans une phase de sommeil, mais cela est tout simplement dû à la correspondance que j'entretiens désormais avec Clopinou (parti "se préparer" à Paris...) : elle me prend du temps, mais,  pour de vrai, elle  me fait souvent rigoler. 

 

Pour ne pas trop vous délaisser, je vous en reproduis ici même un petit exemple, rien que pour vous faire partager la chose ! 

 


Clopinou :

- (...) Sinon, que penses-tu de l'apport de la théorie du cycle de vie de Modigliani dans le paradigme Keynésien de la consommation déterminée par une propension marginale à consommer? C'est ce que j'étudie en ce moment même... (...) 

Sa mère : 

- (...) Ahhhhh, Keynes (soupir ému) ! Ami de Woolf, membre des Bloomsbury (non, ce n'est pas une marque de fringues), créateur d'une théorie qui cassait le libéralisme pur et dur qui voulait qu'on laisse opérer, en tout lieu et pour toute chose (même pour le travail humain), la loi du marché, offre et demande.

Lui proclamait que non, qu'il fallait injecter de la demande via l'intervention de l'Etat.

Autrement dit, si vous laissez faire les choses, Papy Marx avait raison, ça va être la jungle là-dedans, ou plutôt une belle bagarre entre capital et travail, mais in fine ça deviendra improductif. Certes, le capital peut pressurer le travail tant qu'il lui plaira, mais si plus personne n'a de pognon pour acheter toutes les belles choses à consommer, qui c'est-y qu'à tout faux, hein ? (tu remarqueras qu'en plus, les pauvres en chieront un max, pardon un marx, mais ça n'est pas le sujet, Keynes c'est pas Zola, hein.)

 

Donc Keynes remarque finement que l'intervention sociale de l'Etat est nécessaire pour garantir un niveau de consommation qui permet à l'ensemble de l'économie capitaliste de tenir debout, enfin de guingois avec des hauts et des bas et de l'inflation et quelques guerres par ci par là mais debout. 

 

Smith avait "découvert" qu'une main invisible transformait miraculeusement la somme des intérêts particuliers en intérêt général. Keynes affirme que l'intérêt général étant que le système libéral  perdure, il faut donc doter les pauvres qui n'ont rien d'autre à offrir que leur force de travail, de pouvoir quand même  consommer, même quand le capitaliste à gros cigare n'en n'a plus rien à foutre, de leur offre de force de travail... L'intérêt général devient chevillé aux intérêts particuliers des crève-la-faim, à qui il est même autorisé de se constituer une petit épargne, oh pas grand'chose hein faut pas pousser Mémé dans les sorties...

 

Je pense donc que le paradigme keynésien de la consommation déterminée par une propension marginale à consommer est la formule détaillée et précisée de mes élucubrations ci-dessus; A savoir la détermination précise du rôle de l'Etat et du pognon à injecter pour que le système tienne...

 

Modigliani est évidemment un des plus grands peintres du 20è, mais son homomyme était prix nobel d'économie. Il a simplement affiné la théorie keynesienne, au sujet de l'épargne, en remarquant que celle-ci  fluctue d'après l'âge du consommateur.  Autrement dit, on n'épargne pas pareil jeune que vieux. Je dirais même plus, mon cher Ducont : quand t'es jeune, t'as tendance à épargner pour t'acheter ta mob et plus tard ta baraque. Quand t'es vieux, t'as tendance à épargner pour ta pierre tombale et pour laisser un petit quelque chose (un tout petit petit capital) à tes descendants, si t'en as. Si tu es riche et que tu as honte d'avoir pressuré le populo toute ta vie, , tu laisses le pognon à des oeuvres philantropiques ; si t'es une vieille conne égoïste façon Bettencourt qui s'est contentée de sucer le capital tout en remarquant que ceci n'était pas une pipe, tu peux même le léguer à ton chien Kiki.  La fluctuation de l'épargne d'après l'âge du consommateur s'appelle le "cycle de vie" (non, ce n'est pas un opus en quatre volumes d'une saga d'héroïc fantasy). 

 

ahahah. Tu me donnes combien ? 

 

Ta mère attentive en cours, elle."

 

Réponse aussi sec du Clopinou : 

 C'est une analyse trop personnelle ne se basant pas assez sur des faits historiques ou des analyses de mécanismes économique précis. Malgré tout la verve du candidat parvient à toucher le jury : 3 sur 20..."

 

3/20 !!!

  Il va voir quand il va rentrer à la maison, celui-là... 

 


 


 

 


 


 

 

 

Partager cet article

commentaires

judith 16/10/2012 11:30


Chère clopine


je decouvre avec retard ce post charmant 


Cet échange avec votre fils est délicieux et m’inspire plusieurs réflexions .


D’abord que votre fils et vous avez beaucoup d’humour et que la connivence qui vous fait vous installer dans ce jeu de rôles ,l’économiste
pointu compétent et pedant   et la nunuche un peu poète attendrissante d’ignorance et de naïveté est merveilleuse et rare   .


Egalement que sa prof si elle travestit la banalité de Keynes sous ce vocabulaire abscons manque elle  d’humour


Ce que dit Keynes relève du bon sens :En période de crise et de chômage ,donnez de l’argent aux pauvres, et du fait de « leur
propension à consommer »-evidemment jusque là ils sont obligés de se priver de tout- leur demande de biens à acquérir avec cet argent va remettre la machine economique en marche pour
produire les biens qu’ils  voudront acheter.


Autre remarque ;je suis assez réservée sur  la « tendance Anna qui s’exprime  dans son post et je crois qu’une mère doit resister à la tentation d’avoir son fils pour toute seule  .


Voici ce que j’écrivais  à ce sujet d’une femme qui m’est proche et qui avec le temps est devenue à
mes yeux un modèle.


 


« C’était elle la vraie mère juive, non pas la femme frustrée, devenue possessive, jalouse et castratrice (sic) inventée par les
psychanalystes, mais celle qui, pour ses enfants, est toujours prête à donner, sans comptabiliser ce qu’elle reçoit, sans revendiquer de place dans leur vie et dans leur cœur, pour qui le comble
de la félicité est de savoir ses enfants heureux, sans s’interroger sur la part qu’ils lui ménagent dans ce bonheur, en somme une version féminine du Père Goriot.

.Aussi, loin d’être selon le schéma convenu, jalouse de ceux qui captent l’affection de ses enfants, elle leur portait un amour à la mesure de la gratitude éprouvée pour le bonheur ou l’équilibre
qu’ils leur donnaient. »

clopine 18/10/2012 15:43



Je suis d'accord avec vous sur Keynes, Judith, malgré une ignorance consternante sur le sujet... Je vous remercie de votre commentaire, parce que je trouvais effectivement notre échange assez
drôle (en tout cas, moi j'avais bien ri)... et que je voulais tout simplement partager. Au moins, l'entente intellectuelle marche entre Clopinou et moi ! 


 


Je vous souhaite vraiment tout plein de bonnes choses en cet automne et pour cet hiver. Je ne m'inquiète pas pour votre agenda, connaissant votre curiosité intellectuelle et votre ouverture aux
autres ! J'ai pensé à vous hier après-midi, en écoutant "les pieds sur terre" sur France Cul (témoignages sur le massacre de Mehrah), je me suis demandée quelle position vous prendriez entre
celles des différents témoins... 


 


Clopinou a des difficultés en maths et en espagnol. Mais la philo, la culture générale et surtout l'économie le sauvent ! par contre, en mère poule que je suis, je m'inquiète pour ses heures de
sommeil, notoirement insuffisantes. Il finit ses cours de maths à quatre heures du mat'... pour obtenir de laborieux 8/20... Mais c'est son choix, n'est-ce pas ? 


 


Bien à vous de tout coeur


 


CLOPINE 



andrem 14/10/2012 21:23


J'ai une manie: presque tous mes amis de ce qu'il est convenu de nommer la vraie vie, va savoir si elle est plus vraie qu'ici, ont pour l'informatique, l'ordinateur, la toile et l'imêle une
répulsion maladive. Est-ce pour cela qu'ils sont mes amis, je ne sais, mais je lutte en vain.


Pourtant il nous faut bien échanger des points de vue, et comme certains sont loin, on ne peut pas se contenter du téléphone, instrument qui, pour le coup, m'est insupportable en dehors de
l'urgence d'un rendez-vous chez le coiffeur. Oui, mes cheveux poussent très vite.


Il se trouve que j'ai découvert un moyen très étrange mais très efficace, bien qu'un peu lent. Je prends une feuille de papier blanc façon velin, je prends une pointe métallique curieusement
appelée plume, munie en amont d'un réservoir appelé cartouche, et je trace sur le papier des signes appelés lettres. Puis je replie le tout, je le glisse dans un autre papier arrangé en forme de
besace appelé enveloppe, je colle dessus une vignette verte appelée timbre-poste après avoir indiqué soigneusement l'adresse de mon ami, et je jette le tout dans une grosse boîte jaune dans la
rue, car il y a marqué la poste.


Et hop, mon ami me répond quelques jours plus tard.


Etonnant, non?

stoni 12/10/2012 22:09


je suis mal barré pour devenir le marquis de bidule super célèbre pour sa correspondance ! parce que, les mails que j'échange avec mon père, d'un point de vue subtilité et second degré...


ma mère elle sait pas se servir d'un ordinateur alors qu'est-ce tu veux que je fasse  une correspondance avec elle !


 

PaulEdel 12/10/2012 17:44


Chere Clooine, vus allez devenir la marie  de rabutin Chantal,autremenbt dit Madame de Sévigné, qui inconsolable du départ de sa fille,madalme de grignan,  en Provence enle 4 février
 1671, se mit à lui écrire regulièrement (environ deux fois par semaine)  et fit, sans s'en apercevoir(enfin si, un peu..)  de la plus belle littérature, simplement pour retenir
l'atention et la sensibilité de  de sa fille et meubler le vide de ses jours tandis que son chenapan de fils faisait les 4OO coups quand il ne servait pas dans l'armée de Louis XIV.serez
vous la Sévigné  normande? enfin on faillit perdre ses lettres si magnfiques sans ce  xdcélicieux Bussy rabutin, son cousin qu'elle aimait et auquel elle écrivait des lettres parfaites
qu'il s'empressait de faire connaitre autour de lui dans les milieux galants..

Zoë Lucider 11/10/2012 23:30


Plut au ciel que mes échanges avec mon fiston atteignent ces sommets. Pas son genre mais complicité et tendresse si! Merci pour le partage

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives