Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 05:10

Le billet du jour, chez Félix Phellion, mentionne les endroits qu'un "piéton de Rouen" a avantage à arpenter : il n'en fallait pas plus pour me faire divaguer, façon énigme anecdotique... 

 

 A l'époque, j''occupais une modeste place à la Direction du Personnel de la Ville de Rouen. Les "ressources humaines" n'existaient pas encore, ce qui situe mon récit dans le temps (mon dieu,  déjà ?).  Elles allaient bientôt s'installer, notez,  à peu près en même temps que les ordinateurs : mais en ce temps-là, les fonctionnaires étaient encore rangés en quatre catégories, la première concevant les pièces administratives, la seconde les rédigeant, la troisième les dactylographiant et la quatrième allant les porter à la poste.  Cependant, les choses bougeaient, et la Ville de Rouen avait fait montre d'une audace peu commune : son service du Personnel avait été confié... à une femme, Madame Jocelyne Rouillard, qui régnait ainsi  sur les destinées de plus de 1500 employés (combien sont-ils, maintenant ?).

 

Si je cite le nom  réel de cette personne, c'est pour lui rendre hommage. Il est de bon ton, et de bonne guerre, de décrier les chefs, et une Directrice du Personnel passe forcément pour quelqu'un de redoutable. Or, Madame Rouillard l'était, redoutable, mais dans la compétence et la droiture. C'est elle qui m'a appris le métier, et je ne l'ai jamais prise en défaut de déontologie. Elle m'a durablement impressionnée, tant par sa force de travail que par la façon dont elle concevait sa tâche. Physiquement, elle ressemblait un peu à Christine Ockrent - une mince silhouette, un menton en galoche, et la répartition requise entre le fer et le velours. Moralement, je ne lui connaissais pas de faiblesse. Tous ses employés avaient un peu peur d'elle - c'est la loi du genre, mais du coup, le respect lui était tout acquis. 

 

Or, c'était à cette personne que je m'apprêtais à mentir... Celui qui allait devenir mon compagnon - et le père de mon enfant, Clopin en un mot,  me l'avait demandé. Nous en étions en effet arrivés  au  stade où nous  ne pouvions plus guère nous quitter. Clopin venait me voir à Rouen, nous passions des nuits entières ensemble, mais cela ne nous suffisait plus. Sans  le dire, nous aspirions tous les deux à vérifier que nous nous plaisions aussi en position verticale, n'est-ce pas, l'horizontale nous étant d'ores et déjà acquise... Il faisait si beau ce matin-là, Clopin n'était pas rentré chez lui,  et m'avait suggéré : "Demande ta journée, et viens me retrouver. Je t'attends au coin de l'église Saint Ouen..."

 

images-2.jpeg

 

 

 

Cela semblait tout simple,  cela ne l'était pas. J'étais fort jeune et timide, et je tremblais de déplaire à une Directrice qui m'avait toujours marqué de la bienveillance. Et puis, instinctivement, je fuis le mensonge... J'ai dû rougir beaucoup, en invoquant une migraine imaginaire pour justifier ma demande. Et je me souviens du regard aigu de Madame Rouillard, qui laissa passer quelques secondes avant de m'accorder le congé demandé, d'une voix non pas étonnée ou sévère, mais bien un peu déçue. Et c'était ce que je redoutais le plus : la  décevoir  ! Bah, tant pis : la liberté était à ce prix, et je crois bien qu'il n'y a jamais eu de pieds plus légers que les miens  dans  l'escalier monumental de l'Hôtel de Ville, que j'ai dévalé pour aller me jeter dans les bras de Clopin. Le bureau de Madame Rouillard dominait la place : je ne sais si elle a pu constater que ma migraine avait les yeux bleus... 

(je suis désolée d'être si longue, mais vous savez ce que c'est : on commence à raconter, on tire un fil, et puis tout l'écheveau y passe. Bon j'arrive à mon propos : la suite à un peu plus tard). 

 

images-3-copie-2.jpeg

Partager cet article

commentaires

Cactus 01/06/2012 15:42


à propos d'écheveau n'oublie pas les courses pour ta fête des mères !  si je n'étais un âne baté je t'offrirais bien un Hongre ce dimanche , un véritable , un fidèle castré !  à bientôt
!!

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives