Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 18:31

Paul Edel, alias Jacques-Pierre Amette, ne supporte plus depuis longtemps que j'ose parler littérature, dès lors que je semble avoir une "opinion" (horreur !) ... Et précise, sur son blog, qu'il n'a "que peu de choses en commun avec moi". Et qu'il trouve "ignoble" un certain portrait de lui posté à la suite d'une enième rebuffade de sa part... (comme "homme de lettres parisien vieillissant et supportant sans doute difficilement de n'avoir plus d'influence directe, depuis sa mise à la retraite", portrait auquel j'associais mes propres difficultés à vieillir et à ne plus correspondre à l'image que je donnais de moi, plus jeune...)

je lui ai envoyé un courrier.

Evidemment, silence radio. Quand on pense que cet homme n'hésitait pas, il y a quelque temps, à me téléphoner longuement, le soir, dès qu'il avait besoin d'une oreille empathique...

Ah là là.

Je copiecolle ici la dernière missive :

"Dites Paul Edel, vous trouvez ignoble le portrait que je dresse de vous... Et le (ou plutôt « les », car depuis quelques mois, vous n’arrêtez pas de me « taper dessus ») portrait que VOUS faites de MOI, Paul, comment devrais-je les prendre, à votre avis ?

Je vous ai déjà témoigné de ma reconnaissance pour la bonne critique que vous avez bien voulu apporter à mon petit livre « petites histoires familiales et nombreuses ». Mais faudrait-il, alors même qu’en tant que critique vous vous targuez d’une certaine « objectivité » littéraire, qu’en remerciement je passe ma vie à ne plus avoir d’opinion, à vous célèbrer alors même que vous êtes capable d’injustice, bref, à rester sagement à une place que VOUS m’assigneriez ?

Je ne pense certes pas avoir une autre opinion que la vôtre sur Bernanos, par exemple. Je l’ai lu, tout comme vous, et j’en ai tiré à peu près les mêmes conclusions. Mon post sur lui était un « miroir » de ce que Bernanos a fait à Proust, voilà tout.

Le portrait de vous qui vous blesse tant ? Je le trouve, moi, plutôt mesuré : d’abord, je m’y associe (moi aussi vieillissante, etc.) Ensuite, il est l’explication de votre lecture « désespérée » de Proust, qui nous sépare tous les deux. Vous ne relevez, dans l’oeuvre de Proust, que le constat d’échec. J’y vois, moi, la croyance en une rédemption par l’art…

De plus, la manière dont vous témoignez de notre relation, à vous et moi, sur ce blog (et en me renvoyant au mien), me laisse, comment dire ? Comme un parfum de mensonge. La posture du « vrai homme de lettres », agacé par une amatrice présomptueuse et casse-couilles, et la renvoyant dans les cordes avec bienveillance, ne reflète certes pas la réalité de nos relations, et vous le savez bien, Paul, vous le savez bien…

Partager cet article

Published by clopine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Clopine..Net !
  • Clopine..Net !
  • : bavardages, causeries, conversations, colloque, conférence, discussion, échange de vues, propos, causerie babillage, causette, palabre, commérage, conciliabule, jacasserie, parlote et autres considérations
  • Contact

Livre paru...

      Disponible sur amazon.com

1-2couv recherche finie

Livres à paraître...

Book-1 Carte*-copie-1

Archives